Unanimité… Dis-moi ton nom.

L’article L2121-17 du CGCT stipule que le conseil municipal ne délibère valablement que lorsque la majorité de ses membres en exercice est présente. En jurisprudence la majorité c’est « plus de la moitié » et « non pas la moitié+1 ». Pour Rodez cela fait 18 (moitié 17,5). C’est le quorum calculé en début de séance.
Qui est pour ? Qui est contre  ? Qui s’abstient ? : « Approuvé à l’unanimité,  je vous remercie ». Quelques mouvements divers dans la salle et le maire de conclure : « c’est la loi ».
Pas du tout, le Code Général des Collectivités Territoriales sur le vote des délibérations ne fait aucune référence à la notion d’unanimité. L’article L2121-20 précise que : « Les délibérations sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés ». Pour avoir la majorité absolue il faut obtenir plus de la moitié des suffrages exprimés (pour et contre). Les abstentions ne sont pas comptabilisées .
Le calcul de la majorité absolue n’est pas applicable à la notion d’unanimité. L’unanimité requiert le consentement de la totalité, sans exception, des personnes concernées quelques soient les instances représentées (administratives , politiques …). En l’occurrence, pour Rodez, il faudrait que les 35 élus s’expriment dans le même sens. Pour autant seule la mention « majorité absolue » du CGCT est requise et suffisante. Le terme « unanimité » caractérise plus un consensus politique qu’une réalité juridique. Force reste à la loi : article L 2121-20 du CGCT. Le même terme est utilisé dans les commissions qui ne sont que consultatives, l’assemblée délibérante étant le conseil municipal.
Quand pour une délibération il y a des votes : pour, contre, abstentions, le décompte des voix est indiqué. Quand tous les votants se sont exprimés « pour », le décompte des voix n’est pas indiqué, il faut aller au début du compte-rendu de séance pour avoir le nombre de présents et de procurations soit pour la séance du 19 février 2016 : 31+3=34 sachant que ça peut varier en cours de séance. Le quorum étant à 18 on pourrait, s’il y a 18 votes exprimés, avoir une majorité absolue à 18/2+1 =10 mais aussi 18. Le 12 février 2016, elle aurait pu être à 34/2+1=15 mais aussi 34. La mention         « majorité absolue » peut donc recouvrir des réalités très différentes que l’absence du nombre de votants rend opaque.
Michel BOUCHET

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.