Archives par mot-clé : Saint-Eloi

Réponse sur les maisons de quartiers

A l’occasion du Conseil municipal du 18 décembre 2015, nous avions posé la question écrite :

« Suite à vos déclarations publiques concernant votre projet de transformation des centres sociaux de Gourgan et de St Eloi-Ramadier, que vous gérez à ce jour avec la CAF, en maisons de quartier sous gestion municipale, nous vous prions de bien vouloir informer le Conseil Municipal sur l’avancée de ce dossier.
Nous souhaiterions connaitre les projets sociaux et culturels que vous allez mettre en oeuvre dans ces maisons de quartier, mais aussi les budgets d’ investissement et de fonctionnement que vous avez prévus ainsi que l’organigramme des personnels employés par la mairie qui vont travailler dans ces structures nouvelles. »

Réponse du Maire … en 2 mn 30
La CAF garde la responsabilité de la politique familiale. Pour les Maisons de quartier, il y aura des projets dans le cadre de la démocratie participative. La première adjointe travaille avec les comités de quartier. Elle a fait deux réunions de consultation des habitants, il en faudra deux, trois, quatre de plus. «Il faut des actes. Je ne peux pas répondre aujourd’hui à la question posée car la majorité est dans une démarche de «co-construction» …

Commentaires
Nous regrettons qu’à ce jour, le projet des Maisons de quartier, évoqué dans la presse, n’ait jamais été présenté aux élus dans le cadre des commissions municipales. Un bon fonctionnement démocratique , comme le prévoit le Code Général des Collectivités, imposait que les comités consultatifs soient saisis .
Une décision de cette importance aurait mérité un débat approfondi en Conseil Municipal. Nous n’avons pas pu l’obtenir.
Par ailleurs, Monsieur le Maire nous informe que la co-construction des futures Maisons de quartier serait déjà mise en œuvre avec les habitants. Nous le félicitons de son souci de démocratie participative. Mais les paroles ne remplacent pas les actes : à ce jour, les Comités de Quartier n’ont jamais été informés du devenir des Centres Sociaux, ni sollicités pour une quelconque réflexion sur ce qui pourrait les remplacer.
Il est d’ailleurs probable que, s’ils avaient été consultés sur une décision qui supposait l’éloignement de la CAF et des services de proximité, les habitants s’y seraient opposés. Nul doute que nous ayons donc prochainement à reparler de cette situation pour laquelle nous restons très vigilants.

Share Button

Conseil municipal du 18 décembre 17h : questions écrites

Pour ce conseil municipal du 18 décembre, nous avons déposé deux questions écrites. Nous souhaitons qu’elles soient traitées et que des éléments de réponse précis soient apportés lors de cette séance. En effet, ces deux sujets n’ont jamais été présentés à l’ensemble des élus dans les instances municipales (commissions ou conseils).
C’est la lecture de la presse locale qui nous a permis de prendre connaissance des décisions du maire et de sa majorité.

  • Informations sur les décisions politiques concernant l’Estivada

Pouvez-vous, Monsieur le Maire, présenter aux élus les raisons qui ont conduit votre majorité à une rupture avec l’association “Org&com” qui organisait depuis une dizaine d’années l’Estivada ?Pour répondre aux inquiétudes des publics attachés à l’Estivada, aux défenseurs de la langue et de la culture occitanes, nous souhaiterions que vous nous présentiez le projet que vous avez construit pour l’avenir de cet évènement majeur de l’été ruthénois et ses conditions de mise en oeuvre.

  • Informations sur les maisons de quartier de Gourgan et de Saint-Eloi

Suite à vos déclarations publiques concernant votre projet de transformation des centres sociaux de Gourgan et de St Eloi-Ramadier, que vous gérez à ce jour avec la CAF, en maisons de quartier sous gestion municipale, nous vous prions de bien vouloir informer le Conseil Municipal sur l’avancée de ce dossier.
Nous souhaiterions connaitre les projets sociaux et culturels que vous allez mettre en oeuvre dans ces maisons de quartiers, mais aussi les budgets d’ investissement et de fonctionnement que vous avez prévus ainsi que l’organigramme des personnels employés par la mairie qui vont travailler dans ces structures nouvelles.

Claudine Bonhomme, Chantal Combelles, Matthieu Lebrun
Les élus de Rodez Citoyen

Share Button

Vins chauds et Centres sociaux

Habitants de Rodez, élus des comités de quartier, il nous a fallu apprendre par la presse que la Mairie défendait un projet de
Maisons de Quartier, assez élaboré ( sans doute !) pour qu’elle ait cru bon d’aller jusqu’à la rupture avec la CAF.  Et nous voilà privés des Centres Sociaux de proximité, si importants pour le maintien du lien social, dans nos quartiers où se concentrent des difficultés multiples.
Avons nous été consultés? Le sujet n’était il pas assez important pour que soit sollicité l’avis des résidents ?
On a là une idée de la considération réelle que la Mairie accorde à la démocratie participative …
Mais rions un peu : avec les Fêtes réapparaissent les boules à l’entrée des quartiers, les vins chauds, et cette année les membres des Comités sont invités à une soupe au fromage!
On ne peut pas nier que notre Maire a le sens du symbole :
après nous avoir mis les boules et nous avoir saoulés, voilà qu’il
nous envoie à la soupe …

Hellaine

Share Button

FERMETURE DES CENTRES SOCIAUX DE SAINT-ELOI ET GOURGAN

L’association «Collectif citoyen  du Grand Rodez », créée voilà plus d’un an, fidèle à l’engagement qu’elle a pris de contribuer à faire vivre la démocratie participative, a rencontré depuis le mois de mars 2015 les habitants, les professionnels et associations du quartier Faubourg St Eloi.

Tous reconnaissent certaines fragilités sur le quartier St Eloi Ramadier liées à la question de l’emploi, à la précarité financière, à la présence de nombreuses familles monoparentales, à la cohabitation de 25 nationalités aux cultures très différentes, à la fréquence des difficultés éducatives et des comportements incivils voire de petite délinquance. Malgré cela la majorité des habitants disent leur attachement à leur quartier dans lequel ils trouvent une qualité de vie satisfaisante et l’existence de réseaux d’entraide. Pour eux, l’équilibre de la vie du quartier est le résultat de l’engagement conjugué au quotidien, des professionnels, des services publics, des associations et de l’esprit d’initiative d’habitants. L’association Delta organise une animation pratiquement tous les mois. Les professionnels ont su se coordonner pour être plus efficaces dans une structure innovante, l’AVSQ. Ce sont eux, l’école, le centre social CAF, les services sociaux du Conseil Départemental, les animateurs jeunesse de la ville, la régie de territoire et l’office HLM qui accompagnent individuellement des habitants et des familles et impulsent des actions collectives (parentalité, énergie, incivilités .. .) pour faciliter le vivre ensemble. Ces actions concertées sont conduites au plus prés des réalités du quartier permettant un travail de médiation au service de la cohésion sociale.

Pourtant bien des choses restent à améliorer : finir la rénovation des HLM, sécuriser l’espace public pour les enfants (école, centre social, accès au boulevard), créer une crèche-halte garderie, des espaces de jeux adaptés à tous les âges et au grand nombre d’enfants présents dans le quartier. L’accueil de loisirs pour les 5/11 ans plébiscité par les familles nécessiterait cependant un temps d’ouverture pendant la totalité des vacances scolaires. Les adolescents et les jeunes adultes nombreux sont plus rétifs à participer aux actions initiées par les institutions. Ils ont besoin d’une présence de professionnels qualifiés, dédiés spécifiquement au quartier afin d’être reconnus et investis par les jeunes. Il est en effet nécessaire de rendre les jeunes acteurs, pour mettre en œuvre des projets facilitant leur intégration sociale.

Il y a quelques jours, nous apprenions le non renouvellement de la convention existant depuis 26 ans entre la ville de Rodez, la CAF et le Conseil Départemental pour la gestion et la conduite des actions des centres sociaux de St Eloi et Gourgan ! Notre étonnement et inquiétude sont grands d’autant que ces deux quartiers ont été identifiés par Rodez-Agglomération dans le cadre de la politique de la ville comme « quartiers en décrochage ou en veille ». La CAF, institution dont l’expertise et la notoriété en matière d’action sociale sont reconnues notamment par l’État, qui lui confie une mission de service public auprès des familles, a pris la décision de ne pas renouveler cette convention. Ceci se produit après une négociation de plusieurs mois avec la municipalité et la proposition d’ un contrat de projet élaboré par la CAF avec les professionnels concernés. Pour qu’une institution aussi investie au service des familles, prenne une décision d’une telle gravité, il a nécessairement fallu des raisons réelles et sérieuses pour aller jusqu’à rompre sa collaboration avec la municipalité de Rodez. Pour les habitants de ces deux quartiers, cette décision aura donc pour conséquences d’une part, de voir disparaître les centres sociaux et services proposés aux familles comme la halte garderie de Gourgan, l’Accueil de loisirs de St Eloi …..et d’autre part, ne plus bénéficier de la présence de proximité des services sociaux du conseil départemental si essentiels à la cohésion sociale.

A la lumière de toutes de nos rencontres dans le quartier St Eloi –Ramadier, nous pouvons affirmer qu’il est   indispensable de maintenir les institutions d’action sociale au plus près des habitants. Nous attirons l’attention sur la responsabilité de la municipalité qui, dans le cadre de sa compétence générale, doit tout mettre en œuvre, en collaboration avec les autres institutions, pour répondre aux besoins des populations. Une décision qui impacte autant la vie des quartiers aurait mérité que la municipalité, bien en amont, prenne l’initiative d’une consultation des habitants.

Dans ces quartiers, où les gens se considèrent comme les « oubliés de la ville »,  la suppression des centres sociaux sous leur forme actuelle ne peut qu’accentuer ce sentiment. Il s’agit d’une grave erreur aux conséquences majeures qui manifeste une profonde méconnaissance de ce qui se vit dans les quartiers.

Pour le Collectif, le Président  : Jean Marie Maurel

 

Share Button