Archives par mot-clé : musée Soulages

« Sans presse libre, il n’y a pas de démocratie. »

Question écrite – Conseil d’agglomération du 08 février 2017

Monsieur Le Président,

Par voie de presse, nous avons appris en ce début d’année qu’un conflit vous opposait, en tant que président de l’agglomération, à la rédaction de France3 Quercy Rouergue.
L’origine de cette polémique a trouvé sa source dans le fait que vous ayez conditionné l’autorisation d’un reportage sur la dernière exposition temporaire du Musée Soulages « Tant de temps » à l’interview d’un élu politique de l’Agglomération.
Pourtant, les équipes de France3 Quercy Rouergue ont expliqué vouloir traiter exclusivement leur reportage sous l’aspect culturel et artistique de l’exposition en s’appuyant sur l’expertise des professionnels reconnus du musée, à savoir la commissaire de l’exposition et le conservateur du musée. Par un communiqué de l’agglomération, vous avez rappelé le devoir de réserve auquel étaient soumis les fonctionnaires, qui seraient, selon vous, à même de « les protéger notamment de devenir un outil de propagande politique ». Mais quelle confiance accordez-vous au personnel du Musée Soulages pour qu’ils ne puissent répondre, sans la présence d’un élu, à une interview relative à leur travail et à leurs compétences ?
Le parti pris des journalistes était d’axer leur tournage sur l’art et la culture et non sur la dimension de la politique culturelle promue par la Communauté d’Agglomération. C’était là une vraie et nouvelle opportunité pour le musée de promouvoir et faire connaître auprès du grand public cette exposition. Finalement, l’une des conséquences de votre décision est de lire dans la presse nationale, en titre, que « la liberté de la presse broie du noir au Musée Soulages » voire que votre intervention est comparée à un réel chantage. On pourrait souhaiter meilleure communication pour notre agglomération.
En 2015, dans notre ville, les citoyens s’étaient massivement mobilisés et rassemblés pour défendre la presse et la liberté d’expression. Il est regrettable aujourd’hui de créer un tel émoi en nuisant, encore une fois, aux droits fondamentaux des journalistes de s’exprimer librement.
En vous exprimant ainsi au titre de la communauté d’agglomération, vous avez engagé l’ensemble des élus de cette assemblée à porter la responsabilité de vos propos et de votre décision. Vous justifiez cette décision, d’imposer à l’équipe de journalistes l’interview d’un élu, en prétendant que ce serait devenue la règle de l’agglomération. Aussi, je vous demande de porter ce sujet à l’ordre du jour du prochain conseil d’agglomération afin que soit portée à notre connaissance cette nouvelle règle et qu’elle soit soumise au débat démocratique.

Vous en remerciant par avance,
Veuillez recevoir, Monsieur le Président mes salutations citoyennes.

Matthieu LEBRUN
Conseiller d’Agglomération
Élu Rodez Citoyen

Share Button

Le musée Soulages un an après : L’Express nous interroge…

Quelles étaient les réticences à l’égard du projet au moment de son lancement ?

Nos réticences concernent la démesure du projet pour une petite ville comme Rodez et restent d’actualité. L’endettement de la communauté d’agglomération atteint des limites hautes. Pour le moment ce Musée bénéficie de la notoriété de Soulages et de l’effet nouveauté. Qu’en sera-t-il dans 2 ou 3 ans ?

Nos réticences viennent aussi du fait que le budget Musée Soulages prive les autres secteurs de la culture du soutien de la collectivité territoriale.

Où en est la situation aujourd’hui ? Les polémiques sont-elles apaisées ? Les réticences sont-elles moindres, au vu des premiers résultats de fréquentation et des retombées économiques pour la région ? 

Le débat portait sur le fait de faire ou de ne pas faire un musée de plus pour accueillir les œuvres de Soulages. Une fois construit ce débat s’arrête de fait .

Par contre le débat sur la capacité de l’agglomération à dégager un budget de fonctionnement suffisant pour faire vivre sur la durée les trois musées persiste et ce malgré la bonne fréquentation des premiers mois qui nous réjouit. Il faut reconnaître aussi que l’aménagement des espaces (ancien jardin public) autour du musée est une réussite et ouvre à la ville un site qui était autrefois clos. De plus nous ne pouvons que nous féliciter de l’augmentation de la fréquentation des deux autres musées : Denys Puech et Fenaille grâce au ticket d’entrée commun.

Avez-vous des craintes pour l’avenir ? Le musée Soulages est-il toujours un enjeu politique ?

Le musée Soulages restera toujours un enjeu politique local… mais aussi national quand on voit comment sont mis à mal tous les événements culturels de cet été ( suppression de plus de 300 festivals nationalement). Comment ce musée arrivera-t- il à maintenir sa notoriété dans ce contexte ?

Tout dépendra de la capacité (moyens financiers, réseaux culturels…) à faire venir des collections temporaires de qualité.

Or nos craintes sur la globalité du budget de la culture et sur la capacité de l’agglomération à faire vraiment fonctionner trois musées sont plus que jamais d’actualité dans cette période où le président de l’agglomération cherche des économies de fonctionnement partout.

Pourriez-vous me donner des renseignements sur l’endettement de l’agglomération et sur les économies que cherche à faire son président ?

L’encours de la dette de la CA du Grand Rodez est au 31/12/13 (chiffres site bercy colloc) de 78 567 000€ soit 1405€/hab et l’annuité de  8 137 000 € soit 145€/hab. À titre de comparaison la CA d’Albi  l’encours : 1350€/hab et l’annuité 85€ hab,
celle de Cahors l’encours : 634€/hab et l’annuité 85€ /hab et
celle de Tarbes l’encours :134€/hab et l’annuité 12€ /hab
Les chiffres 2014 ne sont pas encore publiés.

Vous dites que le budget du Musée Soulages prive d’autres secteurs de soutien financier : lesquels ? Est-ce dans le domaine de la culture ou dans d’autres domaines également ?

Le musée est essentiellement en concurrence avec les autres domaines culturels mais par contre les économies se font aussi dans les trois musées notamment au niveau du personnel et nous avons toujours une crainte sur l’avenir à long terme particulièrement  pour le musée Denys Puech. L’aire de jeux , 240 000€, a neutralisé la réfection de celle du quartier Gourgan a empêché la création d’aires sur Bourran, quartier jeune, où il n’y a rien pour les Petits. Peut-on considérer tout cela comme négligeable par rapport à la vie de tous les jours des citoyen contribuables ?

Jean-Marie Maurel – Claudine Bonhomme – Alain Misrahi

 Interview du Collectif Citoyen
à paraître prochainement dans l'Express
Share Button