Archives par mot-clé : CCAS

Ehpad à Rodez : que s’Y passe-T-il ?

Encore deux démissions de directeurs, directrices d’EHPAD à Rodez. Que se passe-t-il ?

            Fin 2018, début 2019 la directrice de l’ EHPAD de Saint Cyrice et  celle de l’EHPAD Bon accueil ont démissionné.
            Nous pourrions penser de ces deux départs concomitants qu’il s’agit d’un hasard malheureux si ces démissions ne venaient s’ajouter à toutes les démissions qui ont eu lieu sur ces postes depuis 2008.
            En 2008, il y avait une directrice pour les deux établissements qui est partie fin 2008 pour être remplacée sur ce poste par un directeur.  Suite à la démission de ce dernier en janvier 2012 un nouveau directeur est arrivé mais n’est resté que jusqu’à la fin de l’année 2013.
            Début 2014, le président du CCAS décide d’embaucher une directrice dans chaque établissement (ce qui est vraiment une bonne chose pour un meilleur investissement de la direction auprès des équipes, des résidents et des familles et pour un meilleur fonctionnement des établissements).
Nous pouvions espérer être arrivés sur une phase de stabilité, d’efficacité et de sérénité.
Eh bien, non !
            Ces mouvements trop rapides des personnes assumant les fonctions de direction des EHPAD de la ville de Rodez ainsi que les périodes sans direction sont préjudiciables pour les équipes de professionnels, les résidents et les familles mais aussi les relations avec les autorités de tutelle.
 
            Pourquoi le président du CCAS n’arrive pas à garder des directeurs, directrices qui pour la plupart ont  montré de grandes qualités professionnelles et beaucoup d’investissement dans leurs fonctions ?
Le président invoque des problèmes avec les contrats de travail dans la fonction publique. Ceci ne peut constituer une explication crédible car rien n’empêche un cadre supérieur d’avoir un contrat à durée indéterminée de droit privé dans la fonction publique territoriale.
            Je déplore l’absence de la vice présidente du CCAS (ou du président) aux conseils de vie sociale (20 décembre2018, 22 janvier 2019) où les directrices ont annoncé aux résidents et familles leur démission. Ces derniers auraient souhaité lui poser des questions.
 
             Fin janvier 2019, les directrices prenant fort logiquement leurs rappels de congés annuels, les deux établissements attendront l’arrivée d’un nouveau directeur, directrice ? Quand arriveront-ils ?


Claudine Bonhomme
Conseillère municipale Rodez Citoyen
et membre du Conseil d’Administration du Centre Communal d’Action Sociale

Share Button

Fin de la réhabilitation de l’EHPAD Saint Cyrice …

Fin de la réhabilitation de l’EHPAD Saint Cyrice, en attente depuis 2008 : un maire, président du CCAS, peu diligent et efficace

EHPAD St Cyrice –  Intervention du Conseil Municipal 9 mars 2018

“Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément” (Art poétique Nicolas Boileau 1674)

Quand on lit la délibération, on devine combien elle n’est pas conçue clairement par l’équipe municipale tant elle est embrouillée. Nous y devinons des divergences, des revirements, des non dits .
En 2010 nous avons réceptionné le nouveau bâtiment de l’EHPAD St Cyrice mais la réhabilitation de l’établissement n’était pas finie. Il restait, et il reste encore, 29 chambres sans douche. Seule solution mise réellement en œuvre : 7 résidents seront transférés à l’EHPAD Combarel … quand il sera opérationnel.
En 2014, cette assemblée a voté, à la demande du CA du CCAS, l’achat du 5 avenue de Tarayre contigüe au terrain de l’EHPAD, seule possibilité pour désenclaver et donner des réelles possibilités de réhabilitation de l’ensemble de l’ établissement même si ce n’est pas idéal.  M le Maire a même proposé oralement au CA du CCAS que la ville le donne pour l’euro symbolique.
En 2016 / 2017, un cabinet d’étude a fait 7 scénari pour cette réhabilitation.
En septembre 2017, le président a décidé que le CA ne travaillerait pas sur ces propositions et qu’il valait mieux quitter les lieux pour faire un EHPAD neuf ailleurs.
Dans ces conditions la délibération qui nous est proposée n’est pas cohérente. En effet, pourquoi le CCAS achèterait le 5 Avenue de Tarayre si l’EHPAD doit aller ailleurs d’ici peu d’autant plus que les bâtiments de l’EHPAD n’appartiennent même pas au CCAS mais à Rodez Habitat ?

A moins que, encore une fois, le maire président du CCAS n’ait communiqué avant de travailler sérieusement son dossier.  Il a communiqué, entre autres, sur la construction d’un nouvel EHPAD et la transformation de l’actuel en logements étudiants alors que les crédits contractés par l’office public en 2008 ne permettent pas de l’affecter à une autre utilisation.
Et puis comment faire un autre EHPAD neuf sans les aides de l’État et des tutelles car on ne peut espérer ces aides puisque le CCAS vient juste d’en bénéficier pour Combarel . Il faudrait aussi obtenir l’accord des tutelles pour un prix de journée maîtrisé alors qu’il n’y aurait pas d’aide à la construction permettant de l’atténuer .
Alors cette délibération cache peut être que le maire, président du CCAS, reviendrait aux scénari de réhabilitation des locaux actuels, que ni le CA du CCAS, ni le conseil de vie sociale n’ont pus travailler en septembre malgré mes demandes.

Dernier élément fondamental, ni le CA du CCAS, ni le conseil de vie sociale de l’établissement n’ont été informés et n’ont débattu de cet achat.
Le CA du CCAS n’a jamais délibéré pour acheter le 5, Rue de Tarayre. Cet achat n’est d’ailleurs pas à l’ordre du jour du CA de mercredi prochain . N’oublions pas non plus qu’il faudrait pour cet achat l’accord des tutelles car il ferait monter le prix de journée des résidents et qu’à ce jour je ne suis même pas sûre que cette autorisation ait été demandée.
Vous ne savez peut être pas que les résidents et familles sont sous le choc de la dernière augmentation conséquente du prix de journée et certainement pas prêts à accepter une nouvelle augmentation surtout pour payer un parking !
En conclusion je demande que cette délibération soit retirée car elle est trop prématurée
Enfin la mairie, propriétaire du 5, avenue de Tarayre a toute possibilité d’y faire un parking provisoire pour compenser les pertes de places liées aux travaux initiés par la mairie. Il serait inconvenant d’augmenter le prix de journée pour un parking.
Réservons cette augmentation pour que plus aucun résident ne vive dans une chambre sans douche et pour la réhabilitation urgente des cuisines, de la lingerie et des zones de vie communes des zones de circulation et de l’accueil.
Depuis 2008, en 10 ans, les élus, nous n’avons pas été capables de considérer comme prioritaire et urgent la réhabilitation de cette maison de retraite et de la mettre en œuvre.

Claudine Bonhomme

En réponse :
La présentation de la délibération par M Combet a rendu plus clair l’objectif de la délibération :
l’équipe municipale renonce à faire un EHPAD St Cyrice neuf dans un autre lieu et prévoit de réhabiliter les bâtiments actuels. Mais cette réhabilitation est prévue selon lui quand l’EHPAD Combarel sera opérationnel et pourra alors accueillir les 7 résidents qui seront transférés de St Cyrice à Combarel (prévu dès le début du projet Combarel pour équilibrer le nombre de résidents sur les 2 EHPAD : 87 et 95)
M le Maire, n’a pas dit tout à fait les mêmes choses. Il a affirmé que les 2 options : faire un EHPAD neuf ou réhabiliter l’actuel restaient à l’ordre du jour et qu’il allait faire faire une autre étude pour la réhabilitation. Ceci pour ne pas gaspiller l’argent public car la réhabilitation qui a été prévue par le cabinet d’étude( 2016 / 2017) prévoit un coût de 5,7 million d’euros.
Il a quand même dit que s’il ne pouvait pas faire un nouvel EHPAD, il ferait faire les travaux de réhabilitation
A la suite de ces 2 interventions, nous pouvons retenir, qu’ à ce jour, c’est plutôt vers la réhabilitation que l’équipe municipale s’oriente. Cependant le temps de faire faire une autre étude de réhabilitation et d’attendre que Combarel soit opérationnel, le début de la réhabilitation ne se fera pas avant fin 2019. Le comble c’est que l’on commencerait la réhabilitation par la construction d’un parking (utile bien sûr au personnel) et non par les urgences de bien être et de confort des résidents alors que la ville propriétaire actuel peut faire le parking provisoire en attendant que le projet de réhabilitation soit définitivement bouclé.
Autre interrogation non résolue : le CCAS gardera-t-il à son nom le 5, Avenue de Tarayre (alors il n’y a pas d’impact sur le prix de journée de l’EHPAD St Cyrice) ou cette acquisition sera-t-elle mise au nom de l’EHPAD, alors il y a augmentation du prix de journée pour intégrer cette nouvelle dépense ?
Mme Campredon a affirmé qu ‘il n’y aurait pas d’augmentation du prix de journée.

Share Button

Conseil municipal 16 décembre 2016

DÉBAT SUR LE BUDGET PRIMITIF 2017

Mon intervention commence par une question pour laquelle j’attends une réponse précise : comment peut-on comprendre la baisse majeure de 181 000 € sur la subvention au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) sachant que depuis des années elle était maintenue à 638 000 € ?
J’ai déjà protesté à plusieurs reprises car cet apparent maintien de la subvention cachait une baisse de fait. En effet chaque année, il était trouvé quelques dépenses effectuées par la mairie qui devaient être refacturées au CCAS (ce qui a le mérite de bien clarifier les deux budgets). Mais il n’y a jamais eu d’augmentation compensatoire de la subvention du CCAS qui voyait donc ses moyens diminuer.
Les 181 000 € de baisse pour 2017 ne peuvent s’expliquer par la décision qui a été présentée en commission qui est la reprise, par la mairie, de 2 ou 3 agents du CCAS. C’est pourquoi je pose cette question, d’autant plus que, par votre demande de protection fonctionnelle, vous alourdissez le budget du CCAS de 4500 € en 2016 , certainement la même chose en 2017 voire plus en 2018.

Enfin, je fais juste un commentaire sur le Budget Prévisionnel 2017 dans son ensemble.
Dans l’ investissement, la municipalité se contente d’assurer les charges lui incombant habituellement comme l’entretien des réseaux et de l’espace public bien que sur le domaine de l’accessibilité et des espaces pour la jeunesse, ces 8 dernières années aient été plus que décevantes.
Pour ce qui est du fonctionnement nous sommes les seuls de la strate « fameuse ! » à pousser aussi loin la réduction continue et obsessionnelle des budgets mettant ainsi à mal les services au public.
Il ne suffit pas de se proclamer « meilleur gestionnaire » mais il faut mettre les finances au service d’une vision globale pour l’avenir de la ville. Or, lors du Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) nous avons pu comprendre que l’équipe dirigeante n’a pas cette vision.

Au DOB, nous avons proposé des mesures qui découlent d’un projet politique, de notre projet politique qui est celui de prendre soin des habitants de cette ville, de prendre soin des personnes employées par la ville, de prendre soins des professionnels qui travaillent régulièrement avec les services municipaux comme les enseignants ou les travailleurs sociaux, les animateurs et intervenants culturels….
Certains élus de la majorité municipale sont venus à la manifestation des agents hospitaliers. Qu’avez-vous pu leur dire alors que vous avez la même logique de réduction des charges de fonctionnement en vous attaquant à ce qui est le plus facile : la masse salariale et la formation professionnelle ?
Le mot d’ordre des agents hospitaliers était « agents maltraités, patients mal soignés ». De la même façon, nous pouvons dire
« services municipaux maltraités, usagers et collaborateurs mal menés ».
Vous avez prévu le non remplacement d’agents en 2017 mais cela fait plusieurs années que vous ne renouvelez pas de nombreux départ en retraite.
Ceci a entraîné la réduction des horaires d’ouverture des crèches de la ville (qui ont d’ailleurs à nouveau changé pour 2017) ou dernièrement ceux de la médiathèque. Vous l’avez assumé lors du dernier conseil municipal : vous voulez réduire le budget de fonctionnement pour….. et bien pour le réduire puisque c’est votre seule ligne politique claire. Enfin soyons honnêtes, vous dites aussi que c’est pour attirer des habitants ! En réduisant les services à la population il y a certainement plus convainquant !

Seulement trois exemples pour illustrer mes propos.

Quand les enseignants sont transformés malgré eux en portiers d’école nécessairement fermées dans le cadre de l’état d’urgence alors que vous mettez un an pour programmer l’installation de visiophones qui leur permettraient de ne pas être dérangés dans les apprentissages : Où est votre priorité pour l’Education ? Quand ces dispositifs seront ils, enfin, mis en place ?
Quand le personnel de crèche est trop souvent en nombre insuffisant notamment sur les tranches horaires 11h/14H ;
Quand ni l’usager de la médiathèque, ni l’agent, ne trouvent en rayon un document qui n’est pas sorti et qui est donc mal rangé, cela veut dire que les agents n’ont plus le temps de vérifier les rayonnages alors que cela fait partie intrinsèque de leur travail ;
vous nous dites que ces agents là ont été consultés et qu’ils ont accepté, voire demandé, la réduction des horaires d’ouverture.
C’est que vous les avez mis dans des positions impossibles en réduisant les moyens humains dans les crèches et à la médiathèque. Il ne leur reste plus qu’à réduire les horaires d’ouverture aux usagers pour arriver à mieux faire leur travail. C’est un réflexe de survie au travail !

Régulièrement, en conseil municipal, vous vous glorifiez d’avoir tous les agents municipaux derrière vous, de ne pas avoir eu de grève, sans vouloir voir le mal-être au travail des agents municipaux, ni le mécontentement des usagers. Mal-être et mécontentement dont la municipalité actuelle est responsable et que vous ne résoudrez pas avec l’installation de caméras de vidéo surveillance ou protection, comme vous voudrez, et la venue du Tour de France.
Après le DOB, à quand le Débat d’Orientation sur le bien-être dans sa ville ?

Claudine Bonhomme

Share Button

Conseil d’administration du CCAS du 16/11/2016 : Questions diverses

Protection fonctionnelle de Mars 2015 :

Lors du Conseil d’Administration du CCAS du 19 Mars 2015, suite au dépôt de plainte posé par Monsieur Christian Teyssèdre contre le site Aligorchie pour outrages et diffamations, le Conseil d’administration du CCAS a approuvé, dans le cadre de la protection fonctionnelle, la prise en charge des frais de procédures des actions pénales ou civiles susceptibles d’être diligentées pour cette plainte.
Les crédits correspondants ont été prévus au budget de l’exercice en cours au chapitre 011.

Au tribunal correctionnel de Rodez le 28 juillet 2016, sur «  l’action publique » les personnes renvoyées devant le tribunal ont été relaxées et, sur l’action civile, Monsieur Christian Teyssèdre a été débouté de ses demandes. La relaxe des prévenus est définitive en l ‘absence d’appel du Ministère Public.
Sans en informer le Conseil d’administration du CCAS, Monsieur Christian Teyssèdre a alors décidé de faire appel dans le cadre d’une procédure au civil auprès du tribunal de Montpellier. Le 25 octobre 2016, ce tribunal  a confirmé le jugement du tribunal de Rodez sur l’action civile : Monsieur Christian Teyssèdre est débouté de toutes ses demandes.
Sans en informer le Conseil d’administration du CCAS, Monsieur Christian Teyssèdre a déposé un pourvoi en cassation contre la décision du tribunal de Montpellier.

La loi ne prévoit pas d’obligation d’information du déroulement des actions judiciaires. Cependant, à partir du moment où le Conseil d’administration a voté la protection fonctionnelle, il peut être opportun d’en informer les administrateurs.

Au delà de l’aspect juridique, Monsieur le Président pouvez vous nous informer sur :

  • les sommes qui ont été dépensées: constat d’huissier et frais de procédures pour les deux jugements qui ont eu lieu.
  • les sommes que vous prévoyez pour le pourvoi en cassation.

Pouvez vous alors, nous indiquer quel est l’impact de ces dépenses supplémentaires sur le budget du CCAS qui est déjà très serré ?

Réhabilitation de l’EHPAD St Cyrice :

Le comité de pilotage(Qui le compose ? Qui y représente le Conseil d’administration du CCAS ? ) s’est il réuni à nouveau ?
A-t-il fini son travail sur les trois solutions envisagées ?

Le 19 /10 /2016 une proposition a été évoquée pour que le comité de pilotage (ou que les représentants du Conseil d’administration du CCAS) fasse une première présentation des trois projets au Conseil d’administration du CCAS dès que ceux-ci seront explicites ; afin que ce dernier puisse, de part ses attributions, donner un avis sur les projets envisagés et sur celui qui lui semble le plus approprié.
Bien sur, ensuite la démarche sera respectée avec, en premier lieu, le travail avec les tutelles sur la solution retenue et ses conséquences sur le prix de journée ; puis retour vers le conseil d’administration du CCAS. Plus tard présentation concomitante aux conseils d’administrations de Rodez Habitat et du CCAS pour délibérations des deux organes.

Claudine Bonhomme

Share Button