Rectificatif : l’école Paul Girard est ouverte (3)

Le Maire n’assume pas sa décision (cf affirmations du maire lues dans la presse).

La continuité pédagogique : une interprétation des textes officiels de l’Education Nationale douteuse.
Cette fermeture serait dictée par les préconisations de l’EN. Alors pourquoi en milieu rural des regroupements pédagogiques intercommunaux, avec des répartitions d’élèves sur deux villages seraient  autorisées ? La distance qui sépare Paul Girard des autres écoles de la ville nuirait-elle à la continuité pédagogique ? Peut-être faudrait-il s’adresser au directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN) de l’Aveyron, à ses représentants, pour avoir confirmation des prétendues injonctions reçues par le maire.
La création d’une école, comme la fermeture relèvent de la seule compétence municipale.

Le maire ne peut créer une classe spécialisée “autisme”.
La création de l’unité d’enseignement maternelle autisme, qui accueillera 7 élèves, implantée dans l’école de Saint-Félix, s’inscrit dans le cadre du « plan autisme 2013-2017″ piloté par l’ Agence Régionale de Santé en partenariat avec le rectorat. Ainsi chaque département est progressivement doté d’une telle classe. Une commune doit se porter candidate pour l’accueillir. Rien d’étonnant à ce que la ville préfecture réponde favorablement à cette demande.
Cette création n’est absolument pas conditionnée par la fermeture de Paul Girard et a d’ailleurs été entérinée en février 2016 par la DASEN (direction académique).
Les inscriptions des élèves dans cette classe, tout comme l’affectation de l’enseignant qui y exercera, sont du ressort du Directeur académique et non pas du maire.
Il est par conséquent abusif de prétendre que la fermeture de Paul Girard  serait compensée par la création de la classe autiste.

Le maire ne peut créer ” toute une classe spécifique dédiée à cette tranche d’âge » des 2-3 ans.
Là encore, il n’a pas ce pouvoir et l’ouverture d’une telle classe n’apparaît pas dans la dernière carte scolaire du département.
Ces dispositifs pour la scolarisation des enfants de 2-3 ans sont une spécificité des écoles situées en quartiers de la politique de la ville. Dans la commune de Rodez, aucun quartier n’a été reconnu « réseau d’éducation prioritaire » (REP).
Comment notre ville pourrait-elle recevoir cette dotation sans être labellisé REP, condition nécessaire pour obtenir des moyens supplémentaires pour l’éducation ?

Le maire se doit de présenter les véritables motifs qui présideraient, pour lui et sa majorité, à une seconde fermeture d’école publique à Rodez.

Les élus Rodez Citoyen

A suivre….

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.