Le musée Soulages un an après : L’Express nous interroge…

Quelles étaient les réticences à l’égard du projet au moment de son lancement ?

Nos réticences concernent la démesure du projet pour une petite ville comme Rodez et restent d’actualité. L’endettement de la communauté d’agglomération atteint des limites hautes. Pour le moment ce Musée bénéficie de la notoriété de Soulages et de l’effet nouveauté. Qu’en sera-t-il dans 2 ou 3 ans ?

Nos réticences viennent aussi du fait que le budget Musée Soulages prive les autres secteurs de la culture du soutien de la collectivité territoriale.

Où en est la situation aujourd’hui ? Les polémiques sont-elles apaisées ? Les réticences sont-elles moindres, au vu des premiers résultats de fréquentation et des retombées économiques pour la région ? 

Le débat portait sur le fait de faire ou de ne pas faire un musée de plus pour accueillir les œuvres de Soulages. Une fois construit ce débat s’arrête de fait .

Par contre le débat sur la capacité de l’agglomération à dégager un budget de fonctionnement suffisant pour faire vivre sur la durée les trois musées persiste et ce malgré la bonne fréquentation des premiers mois qui nous réjouit. Il faut reconnaître aussi que l’aménagement des espaces (ancien jardin public) autour du musée est une réussite et ouvre à la ville un site qui était autrefois clos. De plus nous ne pouvons que nous féliciter de l’augmentation de la fréquentation des deux autres musées : Denys Puech et Fenaille grâce au ticket d’entrée commun.

Avez-vous des craintes pour l’avenir ? Le musée Soulages est-il toujours un enjeu politique ?

Le musée Soulages restera toujours un enjeu politique local… mais aussi national quand on voit comment sont mis à mal tous les événements culturels de cet été ( suppression de plus de 300 festivals nationalement). Comment ce musée arrivera-t- il à maintenir sa notoriété dans ce contexte ?

Tout dépendra de la capacité (moyens financiers, réseaux culturels…) à faire venir des collections temporaires de qualité.

Or nos craintes sur la globalité du budget de la culture et sur la capacité de l’agglomération à faire vraiment fonctionner trois musées sont plus que jamais d’actualité dans cette période où le président de l’agglomération cherche des économies de fonctionnement partout.

Pourriez-vous me donner des renseignements sur l’endettement de l’agglomération et sur les économies que cherche à faire son président ?

L’encours de la dette de la CA du Grand Rodez est au 31/12/13 (chiffres site bercy colloc) de 78 567 000€ soit 1405€/hab et l’annuité de  8 137 000 € soit 145€/hab. À titre de comparaison la CA d’Albi  l’encours : 1350€/hab et l’annuité 85€ hab,
celle de Cahors l’encours : 634€/hab et l’annuité 85€ /hab et
celle de Tarbes l’encours :134€/hab et l’annuité 12€ /hab
Les chiffres 2014 ne sont pas encore publiés.

Vous dites que le budget du Musée Soulages prive d’autres secteurs de soutien financier : lesquels ? Est-ce dans le domaine de la culture ou dans d’autres domaines également ?

Le musée est essentiellement en concurrence avec les autres domaines culturels mais par contre les économies se font aussi dans les trois musées notamment au niveau du personnel et nous avons toujours une crainte sur l’avenir à long terme particulièrement  pour le musée Denys Puech. L’aire de jeux , 240 000€, a neutralisé la réfection de celle du quartier Gourgan a empêché la création d’aires sur Bourran, quartier jeune, où il n’y a rien pour les Petits. Peut-on considérer tout cela comme négligeable par rapport à la vie de tous les jours des citoyen contribuables ?

Jean-Marie Maurel – Claudine Bonhomme – Alain Misrahi

 Interview du Collectif Citoyen
à paraître prochainement dans l'Express
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.