Intervention de Bruno Bérardi lors du conseil d’agglo le 16 décembre 2014

1.Questions

Au chapitre 65, quels sont les postes impactés pour arriver à une baisse de 5% des montants prévus ?
On note une différence prévisonnelle de 1,9M€ entre les recettes et les dépenses muséales. Est-ce bien réaliste? Par ailleurs la gestion du musée D.Puech a été évaluer à 260k€ sur les trois dernières
années et la prévision budgétaire 2015 l’évalue à 230k€. Cela traduit il une baisse de l’activité ?
On note, p9, une dépense d’investissement de 60k€ pour le pole des expositions : de quoi s’agit il ?

2. Intervention.

Monsieur Teyssedre,

Je constate une marge brute de 7,5M€, une marge nette de 2,7M€ qui se reconstitue et un ratio d’endettement qui baisse (7.5 ans).

Je constate un début d’inversion des indicateurs financiers qui s’améliorent. Cela traduit un changement de cap qui était inévitable à moins d’aller dans le mur, je m’en réjouis.

Je tiens malgré tout à tempérer vos propos: contrairement à ce que vous dites, l’Agglomération aura bien recours à l’emprunt en 2015 mais pour un montant limité de 3M€ (p22 du doc) et cela concerne les budgets annexes.

Je suis personnellement satisfait que vous ayez trouvé une certaine approche budgétaire plus raisonnable, moi qui ai dénoncé le sur-investissement de l’Agglomération depuis plusieurs années, ce qui nous a conduit à un recours inconsidéré à l’emprunt avec des ratios d’endettement dangereux.

Cela dit je m’interroge sur la pertinence de cette politique d’investissement en YOYO qui consiste à serrer la ceinture dans les premières années du mandat pour ouvrir les vannes des investissements dans les trois dernières années ! Je ne pense pas que cela soit sein ni pour notre collectivité ni pour l’économie locale qui a besoin de visibilité et de continuité.

Je dis que ce n’est pas bon pour notre collectivité car consacrer 900k€ (p19 du doc) pour la deuxième année consécutive à l’investissement dans les réseaux pluviaux ne couvre pas le besoin annuel d’entretien/renouvellement de ces réseaux pourtant indispensable ! Le risque est d’avoir des réseaux inaptes à «encaisser» des épisodes pluvieux… !

Je dis que ce n’est pas bon non plus pour notre collectivité en constatant pour la nième année consécutive l’absence d’investissement dans les parcs relais qui sont pourtant un maillon indispensable dune politique cohérente des transports publics.

Le problème est que les chiffres de ce Budget Primitif représentent une prévision à un instant T : ils ne disent pas tout. L’amélioration constatée aujourd’hui cache, à mon sens des sujets d’inquiétude:

La baisse annoncée des dotations d’État dans les années à venir et la hausse de notre contribution au Fonds de péréquation vont diminuer de manière plus forte encore qu’aujourd’hui nos recettes. Votre stratégie de rechange qui consiste à imposer des baisses continuelles de charges de fonctionnement atteint vite sa limite ! Elle se traduit par une baisse de la qualité du service public et par une pression inacceptable sur les agents (non remplacement ou remplacement tardif des départs ou des congés longue durée,…).

Et je dis cela avec d’autant plus de d’interrogation qu’un des leviers dont dispose l’Agglo à travers la refonte de la Dotation de Solidarité Communale-DSC- (dotation versée par l’Agglo aux communes, reconduite en l’état d’année en année…) et l’élaboration d’un pacte fiscal intercommunal sont au point mort. Ce pacte fiscal dont on parle chaque année, à l’occasion du débat budgétaire depuis 7 ans déjà est un vrai «serpent de mer»: invisible et insaisissable ! Or la véritable solidarité communautaire se trouve dans le pacte fiscal et non plus dans cette DSC qui a eu un intérêt historique mais qui aujourd’hui n’est plus durable.

Le «projet d’agglo», corollaire du «pacte fiscal», est lui aussi introuvable ! Et ne parlons pas non plus de la nécessaire mutualisation: absente des débats, nous devrions pourtant en connaître les contours mais je crains qu’elle ne se résume qu’ à une machine de guerre contre le personnel et à une dégradation des services rendus au public.

Après 2014, qui était un budget de transition, voila en 2015 un budget sans vision d’avenir ! Ce qui pose problème pour un territoire qui, à vous entendre, ambitionne de tirer la dynamique économique du département !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.