« In agglo veritas »

RODEZ Agglo traite des « résultats exceptionnels de 2014 » avec force commentaires élogieux et graphiques en couleurs.
On pourrait croire que tout est relatif à 2014, que nenni. A part le « camembert » sur le compte administratif référencé 2014, les autres graphiques , non référencés, concernent des résultats de 2013. Où est la cohérence de la démarche ?  Comment le lecteur peut-il s’y retrouver ?  Les résultats 2014 sont pourtant disponibles !

Quand on commence une série de tableaux avec comme référence les euros par habitant on le fait pour tous les tableaux. On ne retient pas le % pour un seul tableau (taxe d’habitation ) :  il faut aussi donner les résultats en euros pour garder de la cohérence.

Quand on prend en référence une strate, on cite toutes les agglomérations concernées et seulement les agglomérations concernées pour que les comparaisons soient valables. En l’occurrence, il y en a 10 sur les 19 de la nouvelle grande région dont 7 pour Midi Pyrénées.

Pour 2014, pour Rodez Agglomération, ce sont les chiffres concernant l’éphémère agglomération à 11 communes. Les 3 communes supplémentaires apportant 4 431 habitants soit 8%. Pour l’année 2014, c’est sans influence sur les comparaisons entre agglomérations de la strate. En cas de comparaison 2014/2013 il y aurait une très légère dérive mais seulement pour Rodez Agglomération.

Au final, 3 questions :

  • Pourquoi avoir retenu pour les graphiques les chiffres de 2013 ?
  • Pourquoi ne pas avoir pris la référence en euros pour tous les graphiques ?
  • Pourquoi ne pas avoir retenu que les agglomérations de la strate 50 000 à 99 999 habitants.

Au final , 1 réponse :

  • Parce que c’est nous qu’on est les plus beaux.

Michel BOUCHET

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.