Bilan de la Démocratie Participative à RODEZ

Intervention au CM du 26 juin :

Mme la 1ère adjointe, nous vous vous avons demandé un bilan de la DP nous vous remercions pour votre réponse et pour la magnifique histoire qu’elle nous raconte : dans ce pays merveilleux du Ruthénois, on a pu mettre en place une DP exemplaire et durable en 2 ans et sans problème, ni interrogation.

Malheureusement, nous avons un peu de mal à croire à ce conte de fée.

En effet, la mise en place de la DP (toutes les municipalités qui la pratiquent vous le diront), est un des objectifs le plus difficile à atteindre ; il exige beaucoup de volonté politique, d’énergie, de travail et essentiellement la formation de tous les élus, d’une grande majorité d’agents de la collectivité et de la population dans son ensemble ; il exige aussi une animation professionnelle, un suivi des projets, des comptes rendus de réunion… À Rodez, le service a tourné les meilleurs jours avec un agent et demi et souvent avec un demi poste pour l’animation de 8 comités de quartier, du Conseil des Aînés et du Conseil des Jeunes. Quel décalage avec les objectifs !

Les précurseurs en DP disent qu’il faut plusieurs années pour aboutir à quelque chose qui tienne la route : informer, former et remobiliser les citoyens, créer des instances de débats qui elles mêmes seront amenées à travailler ensemble pour établir collectivement le bien commun et les priorités dans ce bien commun. À Rodez nous sommes à des années lumières de tout ceci !

Le plus souvent, la DP est transformée en élément supplémentaire de la communication de la Ville. À Rodez, c’est le cas régulièrement au sein des Comités, et sur le journal « Notre ville » où vous instrumentalisez la parole des habitants et des comités consultatifs.

Dans le passé les consultations de la population ont été transformées en pures pratiques électoralistes et démagogiques et cela se fait encore à Rodez !
Ainsi, certains projets de la municipalité sont présentés aux comités pour validation, sans formation, sans réflexion préalable, sans même de document écrit sur lequel travailler.

Ces pratiques s’exercent aussi lorsque Mr le Maire mène des réunions publiques de pseudo concertation qui ne sont qu’un « one man show », empêchant les comités consultatifs de prendre leur place.

Enfin, ces derniers temps il semble bien que la fréquence de réunion des Comités ralentisse ; soit disant compensée par la présence des animateurs de quartier, qui nous dit-on sont « tout à fait à même de faire remonter les besoins des habitants ». Cette relation duelle élu/habitant ou agent/habitant est ainsi de plus en plus privilégiée au détriment des débats en comités consultatifs ; c’est certainement plus confortable, mais aussi beaucoup plus clientéliste.

Enfin vous oubliez de nous parler du nombre fort important d’habitants ou de représentants d’association qui ont démissionné ou qui se découragent en ce moment et ne se déplacent plus, au point que plus aucun collège n’est complet.

Vous oubliez aussi de prendre en compte les critiques et les propositions concrètes apportées lors des états généraux de la DP de novembre 2016, mais aussi les propositions d’évolutions portées par les divers comités, ce qui contribue aussi au découragement.

Alors, puisque vous avez écrit un conte, laissez-moi vous en conter un à mon tour, ce sera court.

C’est l’histoire de ce Roi qui veut se faire faire 1 habit avec des tissus extraordinaires que personne n’a jamais possédé. Ses tailleurs lui font croire qu’ils vont l’habiller d’un tissu que seules les personnes intelligentes peuvent voir. Comme ils se veulent intelligents, tous les courtisans et le Roi s’extasient sur cet habit au tissus merveilleux. Mais quand le Roi sort dans la rue un enfant dit : «  Oh regardez le roi est nu ! » .

Et bien Mme l’adjointe, dans votre bilan, vous drapez la DP d’un tissu merveilleux que seuls certains peuvent voir…

Claudine BONHOMME

Voici le compte rendu d’activité des comités de quartiers fourni par la municipalité :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *