De l’abstention aux élections à la démocratie de demain

Comme dans bien d’autres pays européens, en France, la participation électorale ne cesse de s’affaiblir depuis une vingtaine d’années. Les élections départementales que nous venons de vivre avec un taux de plus de 50% d’abstentions pouvant atteindre jusqu’à 66% dans certaines localités témoignent de cet affaiblissement.

Même si le vote est toujours considéré par 59 % des Français, comme l’outil principal d’expression démocratique, capable d’influencer les décisions politiques, il reste néanmoins une proportion significative de Français (40 %) qui choisit en première réponse une autre modalité de participation politique, non conventionnelle : 16 % considèrent que manifester dans la rue a davantage d’influence sur les décisions politiques, 12 % faire grève, 6 % boycotter des entreprises ou des produits, 4 % militer dans un parti politique, enfin 3 % discuter sur Internet.

La démocratie représentative reste donc dans son principe, un fondement important, mais il faut également la penser comme un objet en perpétuelle évolution.

Nous avons le devoir d’en faire un laboratoire vivant, une série d’expériences successives, car la démocratie, comme toute chose, est soumise à ce qu’Edgar MORIN nomme la loi suprême de la vie, selon laquelle « tout ce qui ne se régénère pas dégénère ».

Réfléchir ensemble à la démocratie de demain est un phénomène nouveau en progression constante en France, en Europe et dans le Monde.

Le printemps arabe, les Indignés en Espagne, des mouvements grecs et islandais, le mouvement des étudiants et lycéens à Hong-Kong pour instaurer le suffrage universel…

Parmi les revendications de ces mouvements, une révolution citoyenne pour favoriser l’émergence de nouvelles formes de démocratie plus participative.

Très critiques à l’égard de la démocratie représentative qui favoriserait les dérives vers l’oligarchie ou l’aristocratie, ces mouvements prônent une démocratie plus directe, un droit de regard des citoyens sur l’action publique…

Réfléchir ensemble à la démocratie de demain, expérimenter des formes nouvelles de mobilisation des habitants c’est la démarche que conduit le Collectif citoyen du Grand Rodez.

CAMINAREM

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.