Contre la fermeture de l’école Paul Girard

Elus Rodez Citoyen, nous avons convié les média locaux à une conférence de presse le jeudi 21 janvier pour donner notre position sur la possible fermeture de l’école Paul Girard.
En voici le contenu:

Le 18 décembre, nous découvrions dans la presse la mobilisation des parents d’élèves de l’école Paul Girard au sujet de l’éventuelle fermeture de leur école. Le maire répondait qu’il était «prévu de rencontrer les parents d’élèves le 22 janvier prochain pour leur faire part de la décision que le maire prendra en concertation avec les élus».
En conseil municipal, le soir même, nous l’interrogions pour connaître le calendrier de ces temps de concertation avec les
élus ? Nous n’obtenions pas de réponse. A ce jour, nous n’avons toujours pas invités dans une commission qui aborderait ce sujet pourtant d’intérêt général.

Nous pouvons, cependant, imaginer les arguments qui justifieraient, pour le maire, une telle décision qui nuirait au service public d’éducation :
Le nombre de places libres dans les écoles de la ville. Mais ces chiffres sont-ils objectifs ? Prennent-ils en compte les salles occupées par intermittence (projets orchestre à l’école, langues, BCD, informatique, arts plastiques, pour prises en charge individuelles d’élèves, …) ;
Une mise aux normes trop coûteuse pour l’accessibilté ;
Une petite structure : seulement 2 classes maternelles….

Notre maire veut réaliser toujours plus d’économies. Il peut effectivement y parvenir en supprimant encore une école. C’est un choix politique qui risque d’affaiblir davantage l’enseignement public et d’affecter la vie d’un quartier de Rodez.
En avril 2010, la fermeture de l’école François Fabié est votée. Elle a eu pour conséquence une progression des effectifs à l’avantage de l’enseignement privé. En septembre 2009, le public scolarisait 1516 et restaient stables à la rentrée 2015 avec 1512 élèves. Dans le même temps, le privé voyait ses effectifs passer de 852 à 933, soit une progression de 9,5 %. Cette évolution a lieu alors que, sur la même période dans le département, enseignements public et privé voient tous deux leurs effectifs à la baisse.
Dans ce contexte, où l’école publique devrait être soutenue par la collectivité, envisager une fermeture supplémentaire d’une structure qui séduit des familles serait un très mauvais signal. Comment le maire peut-il poursuivre sa politique de réduction des écoles publiques alors qu’il affirme que l’éducation est sa priorité ?

Il a certes fait reconstruire 2 écoles (Saint-Felix et Bourran) qui méritaient des travaux. Cependant, ces nouvelles structures ont probablement été conçues avec une vision surdimensionnée par rapport aux effectifs accueillis. Si nous avons les moyens de construire des écoles pour accueillir les élèves extérieurs à la commune (ceci sans se préoccuper de la concurrence entre nos écoles publiques et celles des communes voisines) pourquoi n’aurions-nous pas la possibilité de maintenir une petite structure très appréciée qui accueille une forte proportion de ruthénois ?

Nous défendons un service public majeur dans la ville, celui de l’éducation. L’école publique, gratuite et laïque est l’école de tous. Elle est le fondement de notre république laïque : elle doit être notre priorité.Lors du conseil municipal du 18 décembre, nous avons voté contre le versement à l’enseignement privé de la participation non obligatoire pour la maternelle. C’est autant de fonds publics qui ne peuvent être dévolus à l’école publique qui doit être prioritaire pour la collectivité. D’un côté, nous avons un maire qui verse des subventions non obligatoires, 1393 euros par enfant pour l’année 2015, et qui par ailleurs envisage de fermer une 2ème école publique dans la ville. Aurait-on les moyens de verser des subventions non obligatoires et serait-on dans l’incapacité d’entretenir ses écoles publiques ?

Nous sommes convaincus que nous pouvons éviter cette fermeture d’école. Notre maire n’a de cesse, dans chacun de ses discours, de présenter les bons résultats comptables de la ville cherchant toujours à être en tête de sa strate. N’est-il pas préférable d’être le premier dans la rubrique des meilleurs services publics offerts aux habitants dans les politiques éducatives, sociales, culturelles,…

Revenons sur la méthode.
Malgré la mise en place de la démocratie participative, ni les habitants, ni les acteurs sociaux et économiques du quartier n’ont été consultés alors que toute école fait partie de la dynamique et de la vie des quartiers. Nous constatons que Rodez continue à perdre des habitants et donc des enfants. En effet, on observe de nombreux départs de couples avec enfants qui s’installent sur les autres communes de l’agglo ou sur les communes extérieures. C’est pourquoi, seul un travail collectif au sein d’une conférence des écoles de l’agglomération pourrait aboutir à des décisions cohérentes car concertées entre élus et avec tous les partenaires concernés (parents d’élèves, enseignants, associations intervenant dans les écoles, inspecteurs de l’éducation nationale…). Cette conférence permettrait de faire un diagnostic et des propositions d’organisation pour l’accueil spécifique des 2 ans, pour les services des écoles et les prestations péri et extra-scolaires. Bien au-delà, cela contribuerait au nécessaire débat sur l’urbanisme, l’habitat et les transports.

Nous invitons les défenseurs de la laïcité parmi les élus de la majorité, mais également les citoyens, les associations laïques, les acteurs de la laïcité à s’exprimer sur ce choix politique afin qu’une telle décision de sacrifice soit abandonnée.

Nous défendrons l’école Paul Girard et nous nous opposerons à cette fermeture.

Claudine Bonhomme, Chantal Combelles, Matthieu Lebrun
Elus Rodez Citoyen

Share Button

3 réflexions sur « Contre la fermeture de l’école Paul Girard »

  1. “Le nombre de places libres dans les écoles de la ville” n’est pas un argument recevable pour fermer l’une d’elles. Les enfants ne sont en rien comparable à du bétail que l’on serre dans les enclos des marchés couverts.
    C’est une chance d’avoir des salles disponibles dans une école Elles sont nécessaires pour certaines pratiques pédagogiques novatrices ( ateliers décloisonnés… ) ou péri scolaire…
    Et comment ne pas se poser la question de la présence d’écoles confessionnelles à proximités , d’abord de F Fabié et maintenant de P Girard!Les écoles ayant des places libres dans le public ne seront pas forcément bénéficiaires de la fermeture de Paul Girard.
    Exigez cette conférence des écoles de l’agglo en même temps que la remise en cause de la dotation des maternelles privées.

  2. Merci pour ce soutien , mon fils est dans cette école et c est vraiment dommage de prevoir sa fermeture , petite école où les enfants sont épanouis grâce à une équipe formidable qui peuvent ecouter chaque enfant les aider au mieux dans leur apprentissage à leur rythme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *