Compte administratif : Conseil Municipal du 26 Juin 2017

En commission nous n’avons rien dit sur le compte administratif car nous nous lassons de répéter toujours les mêmes choses sur votre obsession de réduire le budget de fonctionnement de la ville et de réduire les services publics, donc de réduire les services apportées à la population pour l’aider à vive mieux.

Ce que je retiendrai le plus de ce jour là c’est que vous nous avez reproché de, je vous cite, « de n’avoir rien à dire ».

Quand nous nous taisons c’est que nous n’avons rien à dire.
Quand nous posons des questions nous colportons des rumeurs.
Quand nous doutons de vos décisions c’est que nous ne savons pas ce que nous voulons.
Quand nous critiquons nous sommes toujours négatifs.
Quand nous nous opposons dans la presse nous nous faisons insulter.

Bref, en tant qu’élus d’opposition (tel que vous nous nommez) notre comportements semblerait n’être jamais adapté.
Nous nous sentons mis dans des positions impossibles où quoique nous fassions ou disions ce n’est jamais ce qu’il faut faire
Je ne résiste pas à vous raconter l’histoire de cette mère qui offre 2 chemises à son fils, une bleue et une rouge. Le lendemain pour faire plaisir à sa mère ce dernier met la chemise rouge et sa mère lui dit « tu n’aimes pas la bleue ?
Tout ceci ne serait pas grave s’il n’y avait que les élus de l’opposition qui soient traités ainsi.
Mais nous craignons que d’autres élus mais aussi les agents de la ville mais aussi les partenaires institutionnels mais aussi les habitants soient mis eux aussi dans des positions impossibles.
Pour faire bref, je ne vais prendre que 2 exemples :
Positions impossibles pour les agents et les parents quand vous changez en cours de contrat les règles des contrats de crèche en augmentant le nombre de jours de fermeture des crèches et en déplaçant la fermeture d’été d’Août à Juillet.
Position impossible pour les agents, les enseignants et les parents quand vous laissez circuler les rumeurs qui vont dans tous les sens à propos de la réorganisation en septembre 2017 de la semaine scolaire.
A ce propos, vu le désarroi général, il est urgent que vous annonciez publiquement que la rentrée se fera en septembre sans changement car il est beaucoup trop tard pour modifier quoique ce soit aux prévisions de rentrée sans mettre tout le monde dans des positions impossibles. Nous vous demandons d’ annoncer que les débats sur la semaine de 4jours ou 4,5 jours portent sur l’année scolaire 2018-2019.

Voilà j’ai dit ce que j’avais à dire sur mon ressenti d’élue non majoritaire, je suis soulagée car quand on est mis en position impossible, seule la parole est libératrice.

Claudine BONHOMME

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *