Archives de catégorie : Vie Municipale

Réhabilitation du Stade Paul Lignon

Stade Paul Lignon : Quels travaux incombent à la collectivité ?

Conseil Municipal 9 mars 2018

Le rapport présenté indique : ” Le Rodez Aveyron Football est en passe d’accéder à la ligue 2. Pour cela, le stade Paul Lignon doit répondre à plusieurs critères.
Aujourd’hui, pour respecter la réglementation fédérale et les exigences de la Ligue Professionnelle de Football, les rénovations de l’accueil et la sécurité des publics (joueurs, spectateurs,..), la mise aux normes de l’aire de jeu (pelouse), la mise aux normes des vestiaires et locaux annexes et la mise à niveau de l’éclairage sont nécessaires…
L’ensemble des travaux est aujourd’hui estimé à 3 226 500 € HT….”

Intervention Rodez Citoyen

Nous sommes favorables à la partie des travaux qui concerne la sécurité des joueurs, des arbitres et des spectateurs et qui permet la pratique des sports dans notre ville.
Vous présentez ce projet de réhabilitation comme s’imposant du fait que le RAF soit en passe d’accéder à la ligue 2. Si ce passage ne se réalisait pas, qu’adviendrait-il de la décision prise ce soir ?
Des travaux très lourds sont imposés par les exigences de la Ligue Professionnelle de Football. Ne pourrait-on pas concevoir que fédération de football et club participent également financièrement ?
Avez-vous prévu d’augmenter la redevance du RAF pour l’utilisation de cette infrastructure afin de compenser l’investissement, le coût de l’entretien du stade et l’augmentation des charges d’amortissement que vont générer ces travaux pour la Ville ?
Pourriez-vous nous présenter les différents travaux programmés en deux  catégories : ceux relatifs à la sécurité, à l’accessibilité, à la pratique des sports et ceux qui correspondent à l’exigence de la Ligue et du sport professionnel. Ceci permettrait de déterminer ce qui relève de l’intérêt général et ce qui relève de l’intérêt privé.
Est-il en effet acceptable que des travaux très coûteux, tels ceux de l’éclairage, soient financés par la collectivité, par les contribuables, alors qu’ils vont améliorer les recettes commerciales pour le club ? Peut-on engager de l’argent public pour réaliser des bénéfices privés ?

Chantal Combelles

Réponses et commentaires :
L’ensemble des travaux présentés ici ne seraient engagés qu’en cas d’accession à la ligue 2.
Dans ce cas de figure, la redevance demandée au RAF (en contrepartie de l’entretien du stade) serait réévaluée et par conséquent augmentée.
Pas de réponse à la dernière question portant sur l’utilisation de l’argent public pour financer des bénéfices privés (recettes commerciales du club). Seul Mr Chauzy a ajouté que toutes les villes de France supportaient la charge de ces travaux et que nous ne pouvions guère compter, à Rodez, sur l’aide du Qatar. Ignore-t-il que des réflexions relatives aux coûts importants supportés par les villes pour entretien et travaux des stades conduisent à des évolutions sur la question de ces financements par les collectivités ? Un élu n’a-t-il pas le devoir de de se questionner sur la pertinence d’investissements aussi importants ? Et cela, d’autant plus lorsque la question de l’intérêt général se pose.

Et vous, citoyens de la ville (et contribuables), qu’en pensez-vous ?

Share Button

Incivilités : fin des voitures garées sur les trottoirs les jours de match à Paul Lignon ?

Parcs publics de stationnement souterrain création de « chèques parc »

Intervention du Conseil Municipal du 9 mars 2018

Les organisateurs d’événements à Paul Lignon, à la salle des fêtes, etc pourront acheter, pour leurs participants ces « chèques parc » , qui leur permettra d’avoir 2 h de stationnement dans les parkings souterrains à des prix réduits.
Je me suis félicitée de cette mesure en souhaitant qu’elle mette fin aux incivilités récurrentes les jours de match où des spectateurs peu soucieux du bien être de tous et des déplacements des personnes ayant des difficultés à la mobilité se garent n’importe où. J’ai rappelé que ces propriétaires de voitures gênantes garées sur le trottoir n’étaient pas sanctionnés.
M Albagnac m’a répondu que ces incivilités se font partout, qu’on ne peut pas toujours sanctionner et que cela n’empêche pas la ville de fonctionner…
Ceux qui ont eu une amende pour stationnement interdit dans d’autres circonstances apprécieront !

Claudine Bonhomme

Share Button

Fin de la réhabilitation de l’EHPAD Saint Cyrice …

Fin de la réhabilitation de l’EHPAD Saint Cyrice, en attente depuis 2008 : un maire, président du CCAS, peu diligent et efficace

EHPAD St Cyrice –  Intervention du Conseil Municipal 9 mars 2018

“Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément” (Art poétique Nicolas Boileau 1674)

Quand on lit la délibération, on devine combien elle n’est pas conçue clairement par l’équipe municipale tant elle est embrouillée. Nous y devinons des divergences, des revirements, des non dits .
En 2010 nous avons réceptionné le nouveau bâtiment de l’EHPAD St Cyrice mais la réhabilitation de l’établissement n’était pas finie. Il restait, et il reste encore, 29 chambres sans douche. Seule solution mise réellement en œuvre : 7 résidents seront transférés à l’EHPAD Combarel … quand il sera opérationnel.
En 2014, cette assemblée a voté, à la demande du CA du CCAS, l’achat du 5 avenue de Tarayre contigüe au terrain de l’EHPAD, seule possibilité pour désenclaver et donner des réelles possibilités de réhabilitation de l’ensemble de l’ établissement même si ce n’est pas idéal.  M le Maire a même proposé oralement au CA du CCAS que la ville le donne pour l’euro symbolique.
En 2016 / 2017, un cabinet d’étude a fait 7 scénari pour cette réhabilitation.
En septembre 2017, le président a décidé que le CA ne travaillerait pas sur ces propositions et qu’il valait mieux quitter les lieux pour faire un EHPAD neuf ailleurs.
Dans ces conditions la délibération qui nous est proposée n’est pas cohérente. En effet, pourquoi le CCAS achèterait le 5 Avenue de Tarayre si l’EHPAD doit aller ailleurs d’ici peu d’autant plus que les bâtiments de l’EHPAD n’appartiennent même pas au CCAS mais à Rodez Habitat ?

A moins que, encore une fois, le maire président du CCAS n’ait communiqué avant de travailler sérieusement son dossier.  Il a communiqué, entre autres, sur la construction d’un nouvel EHPAD et la transformation de l’actuel en logements étudiants alors que les crédits contractés par l’office public en 2008 ne permettent pas de l’affecter à une autre utilisation.
Et puis comment faire un autre EHPAD neuf sans les aides de l’État et des tutelles car on ne peut espérer ces aides puisque le CCAS vient juste d’en bénéficier pour Combarel . Il faudrait aussi obtenir l’accord des tutelles pour un prix de journée maîtrisé alors qu’il n’y aurait pas d’aide à la construction permettant de l’atténuer .
Alors cette délibération cache peut être que le maire, président du CCAS, reviendrait aux scénari de réhabilitation des locaux actuels, que ni le CA du CCAS, ni le conseil de vie sociale n’ont pus travailler en septembre malgré mes demandes.

Dernier élément fondamental, ni le CA du CCAS, ni le conseil de vie sociale de l’établissement n’ont été informés et n’ont débattu de cet achat.
Le CA du CCAS n’a jamais délibéré pour acheter le 5, Rue de Tarayre. Cet achat n’est d’ailleurs pas à l’ordre du jour du CA de mercredi prochain . N’oublions pas non plus qu’il faudrait pour cet achat l’accord des tutelles car il ferait monter le prix de journée des résidents et qu’à ce jour je ne suis même pas sûre que cette autorisation ait été demandée.
Vous ne savez peut être pas que les résidents et familles sont sous le choc de la dernière augmentation conséquente du prix de journée et certainement pas prêts à accepter une nouvelle augmentation surtout pour payer un parking !
En conclusion je demande que cette délibération soit retirée car elle est trop prématurée
Enfin la mairie, propriétaire du 5, avenue de Tarayre a toute possibilité d’y faire un parking provisoire pour compenser les pertes de places liées aux travaux initiés par la mairie. Il serait inconvenant d’augmenter le prix de journée pour un parking.
Réservons cette augmentation pour que plus aucun résident ne vive dans une chambre sans douche et pour la réhabilitation urgente des cuisines, de la lingerie et des zones de vie communes des zones de circulation et de l’accueil.
Depuis 2008, en 10 ans, les élus, nous n’avons pas été capables de considérer comme prioritaire et urgent la réhabilitation de cette maison de retraite et de la mettre en œuvre.

Claudine Bonhomme

En réponse :
La présentation de la délibération par M Combet a rendu plus clair l’objectif de la délibération :
l’équipe municipale renonce à faire un EHPAD St Cyrice neuf dans un autre lieu et prévoit de réhabiliter les bâtiments actuels. Mais cette réhabilitation est prévue selon lui quand l’EHPAD Combarel sera opérationnel et pourra alors accueillir les 7 résidents qui seront transférés de St Cyrice à Combarel (prévu dès le début du projet Combarel pour équilibrer le nombre de résidents sur les 2 EHPAD : 87 et 95)
M le Maire, n’a pas dit tout à fait les mêmes choses. Il a affirmé que les 2 options : faire un EHPAD neuf ou réhabiliter l’actuel restaient à l’ordre du jour et qu’il allait faire faire une autre étude pour la réhabilitation. Ceci pour ne pas gaspiller l’argent public car la réhabilitation qui a été prévue par le cabinet d’étude( 2016 / 2017) prévoit un coût de 5,7 million d’euros.
Il a quand même dit que s’il ne pouvait pas faire un nouvel EHPAD, il ferait faire les travaux de réhabilitation
A la suite de ces 2 interventions, nous pouvons retenir, qu’ à ce jour, c’est plutôt vers la réhabilitation que l’équipe municipale s’oriente. Cependant le temps de faire faire une autre étude de réhabilitation et d’attendre que Combarel soit opérationnel, le début de la réhabilitation ne se fera pas avant fin 2019. Le comble c’est que l’on commencerait la réhabilitation par la construction d’un parking (utile bien sûr au personnel) et non par les urgences de bien être et de confort des résidents alors que la ville propriétaire actuel peut faire le parking provisoire en attendant que le projet de réhabilitation soit définitivement bouclé.
Autre interrogation non résolue : le CCAS gardera-t-il à son nom le 5, Avenue de Tarayre (alors il n’y a pas d’impact sur le prix de journée de l’EHPAD St Cyrice) ou cette acquisition sera-t-elle mise au nom de l’EHPAD, alors il y a augmentation du prix de journée pour intégrer cette nouvelle dépense ?
Mme Campredon a affirmé qu ‘il n’y aurait pas d’augmentation du prix de journée.

Share Button

Permis de construire pour le Palais Épiscopal

Permis de construire pour le Palais Épiscopal,
un maire peu circonspect

Intervention Conseil Municipal 9 mars 2018
Quand nous avons lu la décision du maire n°17/1839 notre surprise fut grande. En effet, la ville se retrouve assignée en référé auprès du tribunal administratif contre son refus d’accorder le permis de construire à la société qui prévoit la transformation de l’ancien évêché en hôtel de luxe !
Comment est-ce possible alors que vous avez proclamé dans la presse et en commission plénière préparatoire au conseil municipal du 22 septembre 2017 que vous alliez accorder ce permis de construire ?
Vous nous avez expliqué, en commission plénière, que vous n’aviez aucun élément pour refuser ce permis de construire suite à la notification officielle de la DRAC (qui avait fait 9 préconisations et 2 réserves) et que, si vous le refusiez, le demandeur pourrait gagner au TA contre la ville de Rodez donc que vous alliez signer ce permis de construire. Nous en étions restés là.
Par rapport à cette décision, ce que nous vous reprochons c’est votre incohérence entre vos discours, déclarations et vos actes. Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Vous communiquez avant que les décisions ne soient mises en œuvre ou avant qu’elles ne soient actées. Cette manière de faire illustre votre type de gouvernance.
Si depuis 2008 vous n’avez de cesse de réduire les dépenses des services au public, vous ne vous montrez pas aussi économe des deniers publics quand il s’agit des frais de justice.
Dans ce contexte, pouvez vous nous indiquer les raisons pour lesquelles vous vous êtes engagé publiquement en faveur du permis de construire et pour lesquelles vous avez refusé en toute discrétion l’attribution de ce permis de construire ?
Sur ce dossier complexe et polémique ne fallait-il pas être plus circonspect ?

Claudine Bonhomme

M le Maire a fait une réponse fort brève : ce n’est pas lui qui décide de donner les permis de construire mais ses services. Et ses services lui ont dit de ne pas donner le permis de construire .

Share Button