Archives de catégorie : Vie Municipale

Bilan de la Démocratie Participative à RODEZ

Intervention au CM du 26 juin :

Mme la 1ère adjointe, nous vous vous avons demandé un bilan de la DP nous vous remercions pour votre réponse et pour la magnifique histoire qu’elle nous raconte : dans ce pays merveilleux du Ruthénois, on a pu mettre en place une DP exemplaire et durable en 2 ans et sans problème, ni interrogation.

Malheureusement, nous avons un peu de mal à croire à ce conte de fée.

En effet, la mise en place de la DP (toutes les municipalités qui la pratiquent vous le diront), est un des objectifs le plus difficile à atteindre ; il exige beaucoup de volonté politique, d’énergie, de travail et essentiellement la formation de tous les élus, d’une grande majorité d’agents de la collectivité et de la population dans son ensemble ; il exige aussi une animation professionnelle, un suivi des projets, des comptes rendus de réunion… À Rodez, le service a tourné les meilleurs jours avec un agent et demi et souvent avec un demi poste pour l’animation de 8 comités de quartier, du Conseil des Aînés et du Conseil des Jeunes. Quel décalage avec les objectifs !

Les précurseurs en DP disent qu’il faut plusieurs années pour aboutir à quelque chose qui tienne la route : informer, former et remobiliser les citoyens, créer des instances de débats qui elles mêmes seront amenées à travailler ensemble pour établir collectivement le bien commun et les priorités dans ce bien commun. À Rodez nous sommes à des années lumières de tout ceci !

Le plus souvent, la DP est transformée en élément supplémentaire de la communication de la Ville. À Rodez, c’est le cas régulièrement au sein des Comités, et sur le journal « Notre ville » où vous instrumentalisez la parole des habitants et des comités consultatifs.

Dans le passé les consultations de la population ont été transformées en pures pratiques électoralistes et démagogiques et cela se fait encore à Rodez !
Ainsi, certains projets de la municipalité sont présentés aux comités pour validation, sans formation, sans réflexion préalable, sans même de document écrit sur lequel travailler.

Ces pratiques s’exercent aussi lorsque Mr le Maire mène des réunions publiques de pseudo concertation qui ne sont qu’un « one man show », empêchant les comités consultatifs de prendre leur place.

Enfin, ces derniers temps il semble bien que la fréquence de réunion des Comités ralentisse ; soit disant compensée par la présence des animateurs de quartier, qui nous dit-on sont « tout à fait à même de faire remonter les besoins des habitants ». Cette relation duelle élu/habitant ou agent/habitant est ainsi de plus en plus privilégiée au détriment des débats en comités consultatifs ; c’est certainement plus confortable, mais aussi beaucoup plus clientéliste.

Enfin vous oubliez de nous parler du nombre fort important d’habitants ou de représentants d’association qui ont démissionné ou qui se découragent en ce moment et ne se déplacent plus, au point que plus aucun collège n’est complet.

Vous oubliez aussi de prendre en compte les critiques et les propositions concrètes apportées lors des états généraux de la DP de novembre 2016, mais aussi les propositions d’évolutions portées par les divers comités, ce qui contribue aussi au découragement.

Alors, puisque vous avez écrit un conte, laissez-moi vous en conter un à mon tour, ce sera court.

C’est l’histoire de ce Roi qui veut se faire faire 1 habit avec des tissus extraordinaires que personne n’a jamais possédé. Ses tailleurs lui font croire qu’ils vont l’habiller d’un tissu que seules les personnes intelligentes peuvent voir. Comme ils se veulent intelligents, tous les courtisans et le Roi s’extasient sur cet habit au tissus merveilleux. Mais quand le Roi sort dans la rue un enfant dit : «  Oh regardez le roi est nu ! » .

Et bien Mme l’adjointe, dans votre bilan, vous drapez la DP d’un tissu merveilleux que seuls certains peuvent voir…

Claudine BONHOMME

Voici le compte rendu d’activité des comités de quartiers fourni par la municipalité :

Share Button

Compte administratif : Conseil Municipal du 26 Juin 2017

En commission nous n’avons rien dit sur le compte administratif car nous nous lassons de répéter toujours les mêmes choses sur votre obsession de réduire le budget de fonctionnement de la ville et de réduire les services publics, donc de réduire les services apportées à la population pour l’aider à vive mieux.

Ce que je retiendrai le plus de ce jour là c’est que vous nous avez reproché de, je vous cite, « de n’avoir rien à dire ».

Quand nous nous taisons c’est que nous n’avons rien à dire.
Quand nous posons des questions nous colportons des rumeurs.
Quand nous doutons de vos décisions c’est que nous ne savons pas ce que nous voulons.
Quand nous critiquons nous sommes toujours négatifs.
Quand nous nous opposons dans la presse nous nous faisons insulter.

Bref, en tant qu’élus d’opposition (tel que vous nous nommez) notre comportements semblerait n’être jamais adapté.
Nous nous sentons mis dans des positions impossibles où quoique nous fassions ou disions ce n’est jamais ce qu’il faut faire
Je ne résiste pas à vous raconter l’histoire de cette mère qui offre 2 chemises à son fils, une bleue et une rouge. Le lendemain pour faire plaisir à sa mère ce dernier met la chemise rouge et sa mère lui dit « tu n’aimes pas la bleue ?
Tout ceci ne serait pas grave s’il n’y avait que les élus de l’opposition qui soient traités ainsi.
Mais nous craignons que d’autres élus mais aussi les agents de la ville mais aussi les partenaires institutionnels mais aussi les habitants soient mis eux aussi dans des positions impossibles.
Pour faire bref, je ne vais prendre que 2 exemples :
Positions impossibles pour les agents et les parents quand vous changez en cours de contrat les règles des contrats de crèche en augmentant le nombre de jours de fermeture des crèches et en déplaçant la fermeture d’été d’Août à Juillet.
Position impossible pour les agents, les enseignants et les parents quand vous laissez circuler les rumeurs qui vont dans tous les sens à propos de la réorganisation en septembre 2017 de la semaine scolaire.
A ce propos, vu le désarroi général, il est urgent que vous annonciez publiquement que la rentrée se fera en septembre sans changement car il est beaucoup trop tard pour modifier quoique ce soit aux prévisions de rentrée sans mettre tout le monde dans des positions impossibles. Nous vous demandons d’ annoncer que les débats sur la semaine de 4jours ou 4,5 jours portent sur l’année scolaire 2018-2019.

Voilà j’ai dit ce que j’avais à dire sur mon ressenti d’élue non majoritaire, je suis soulagée car quand on est mis en position impossible, seule la parole est libératrice.

Claudine BONHOMME

Share Button

Conseil Municipal du 05/05/17 (Suite)

Voici une retranscription des réponses faites par la majorité municipale à nos questions écrites :

1- Concernant les emplois d’avenir au service vie de la cité amenés à intervenir auprès des jeunes sur les quartiers de St Eloi et de Gourgan :

Grande tirade très agressive de M Albagnac que je résumerais ainsi :

Les élus d’opposition n’ont le droit ni de douter ni de critiquer l’action des élus majoritaires ; des explications sont données : Les jeunes qui seront embauchés dans ces contrats d’avenir doivent avoir au minimum un CAP ou un BEP Ils doivent avoir le BAFA ; s’ils ne l’ont pas, la mairie leur payera la formation pour l’obtenir. Trois fois par an le référent de la mission locale fait le point sur le déroulement de ces contrats. Ils auront des tuteurs employés municipaux particulièrement aptes qui les encadreront sur les quartiers. M Albagnac nous dit qu’il est fier que le Conseil municipal donne leurs chances aux jeunes et leur mettre le pied à l’étrier.

Souhaitons qu’ils ne tombent pas de cheval car le BAFA ne paraît pas être adapté pour mener des actions habituellement menées par des travailleurs sociaux.

2- Concernant le bilan de la démocratie participative :

Mme Bultel Herman s’engage à nous le fournir au prochain Conseil Municipal mais toutes nos demandes qui ont trait aux ressources humaines ( demandes d’informations précises sur l’organisation du service démocratie participative depuis sa création) ne nous seront pas données car elles ne font pas partie des compétence du conseil Municipal.

Beaucoup trop risqué de nous donner ces informations !

3- Concernant la communication à tous les élus de toutes les invitations arrivant en mairie ou en partant :

Mr le maire nous donne une fois de plus raison.

…  Mais nous attendons toujours … !

Claudine Bonhomme

Share Button

Conseil Municipal du 05/05/17

Accord pour la délibération créant un emploi d’avenir (pour aider entre autres quand il y a des remplacements à assurer dans l’immédiat ) au service de la petite enfance en regrettant qu’il n’y en ait pas plus car dans ces services il y a des personnels qualifiés qui peuvent apporter une formation de qualité et surtout parce que 2 emplois pour assurer des remplacements sur 9 sections me semblait peu suffisant car dans ces services les replacements sont impératifs pour maintenir la qualité d’accueil des enfants.

Réponse de Mr le Maire :

« Nous avons 3 puéricultrices de plus que les obligations légales qui sont de 1 puéricultrice pour 60 enfants ; nous avons 80 % des personnels s’occupant des enfants qui possèdent un diplôme reconnu qualification petite enfance alors que l’obligation légale est de 40 %. Nous sommes au dessus du ratio légal Personnel/enfants qui est de 1 adulte pour 8 enfants qui marchent et 1 adulte pour 5 enfants qui ne marchent pas, donc il n’y a pas vraiment de besoin »

Abstention pour la délibération sur l’emplacement prévu de la maison de santé ( déclassement du domaine public) pour plusieurs raisons :

  • « Emplacement non débattu en comité de quartier. »
  • Perte d’une grande place qui, en plus, est coupée en deux par la maison de santé.
  • Emprise sur le jardin actuel auquel les habitants du quartier sont attachés car c’est un endroit bien ensoleillé et chaud sur ce quartier exposé au froid.
  • Une diminution inéluctable des espaces verts se fera au profit des voitures mais n’arrivera pas à répondre aux besoins de stationnement des personnes qui travailleront dans la maison de santé et des patients.
  • Je propose de positionner la maison de santé dans la pente entre les impôts et l’Église (là où est prévu un parking!) afin de pouvoir garder la place dans son entier et de créer une place agréable à vivre avec beaucoup d’espaces verts (nous sommes en face de la maison de retraite St Cyrice qui en manque cruellement ainsi que le quartier) Cela améliorerait aussi les abords de l’Église et de la MDA.
  • Il faut résoudre le manque de places de parking en créant enfin les parking relais prévus mais non réalisés associés à des navettes régulières et valoriser le parking relais face à la gare routière ».

Les réponses ne sont pas rassurantes pour les espaces verts espérés car devant l’église est prévu une placette pour les cérémonies et pour le marché

Quid du jardin ?

Le parking face à la gare est réservé pour l’afflux de voitures des étudiants quand l’université sera installée sur le parking actuel de l’IUT ! Sans ce parking les élus n’auraient pas pu déplacer l’université sur le quartier !

Vote pour la délibération permettant à une mère de famille d’intervenir bénévolement sur l’école de son enfant pour les activités liées aux nouveaux rythme scolaires

Pour autant je suis intervenue :

« Nous ne pouvons que voter pour ce type d’initiatives. Néanmoins nous pensons que cela ne doit pas se substituer aux fonctions de la ville qui est d’assurer l’égalité de traitement entre tous les enfants accueillis dans les écoles publiques et une animation de qualité pour les activités périscolaires. La ville se doit d’assurer une égalité d’accès à des interventions de qualité entre les différentes écoles de la ville; Ces actions de bénévolat ne doivent pas creuser les différences mais au contraire permettre à la ville de mettre des moyens supplémentaires notamment sur les écoles qui sont le plus en difficulté. »

Vote contre le règlement intérieur des maisons de quartier

ce n’est pas contre le règlement intérieur en lui même mais contre l’absence totale de débat au sein du Conseil Municipal sur la transformation des centres sociaux cogérés CAF/Mairie en maisons de quartier gérées uniquement par la ville. C’est contre l’absence de travail réel de concertation des élus auprès des comités de quartier et des utilisateurs des services des centres sociaux sur l’installation et l’organisation des maisons de quartier :

« Je voudrais simplement rappeler que nous n’avons jamais eu de débat en conseil municipal sur la transformation des centres sociaux codirigés par la CAF et la ville en maison de quartier à gestion unique ville.

Ceci est un témoin, entre autres, de l’absence de fonctionnement de la démocratie représentative sur la ville de Rodez.

En trompe l’œil de ce dysfonctionnement la municipalité s’était engagée à faire fonctionner sur ce sujet la démocratie participative comme si celle-ci pouvait éclipser les manquements au sein du conseil municipal.

Hélas pour la démocratie participative la déconvenue est majeure !

En effet les usagers des centres sociaux n’ont ni été consultés ni même informés concrètement des changements. Ceci qui fait qu’ils découvrent à l’heure actuelle le projet.

Ils découvrent ce qu’ils ont à perdre dont une qualité de relation et le professionnalisme des employés de la CAF pour certaines activités.

Autre déconvenue les comités de quartier n’ont pas été invités à la co-construction des maisons de quartier alors que cela leur avait été promis.

Pire encore le comité de quartier par l’intermédiaire de représentants élus par le comité de quartier n’ont pas été invités à la première réunion du conseil de maison de la maison de quartier de Gourgan qu’en est-il pour St Eloi. ».

Suite à mon intervention en Conseil municipal chaque membre du comité de quartier a été invité à la première réunion du conseil de maison de la maison de quartier de Gourgan .

Claudine Bonhomme

Share Button