Archives de catégorie : Projets Urbains- Vie des Quartiers

Pour un aménagement concerté du Faubourg

Suite à l’enquête réalisée par le Collectif Citoyen du Grand Rodez sur le quartier du Faubourg, une réunion publique, le 13 Septembre 2017, a permis aux habitants de faire part de leurs préoccupations concernant la vie du quartier.

Nous portons l’accent aujourd’hui sur leur expression concernant les aménagements du quartier, avec deux problématiques majeures  : les nuisances liées aux voitures et camions et la nécessité de veiller à la qualité de vie.

Une circulation intense

La circulation et le stationnement avaient déjà été identifiés comme un problème majeur il y a 10 ans par la CLCV, sans aucune réponse adaptée depuis.

De part sa position comme cœur d’agglomération, le Faubourg vit un trafic incessant de livraisons, de personnes qui viennent travailler, d’usagers des services et commerces du « piton ».

La place du Sacré Cœur est devenue une sorte de parking relais, les rues voient leurs places de stationnement bloquées à la journée.

Les commerces riverains souffrent de la difficulté pour leurs clients à s’arrêter. L’ensemble des habitants font état d’un stress constant pour circuler à pieds ou à vélo, pour traverser les rues. A ces nuisances s’ajoutent la pollution de l’air et le bruit, notamment au carrefour St Cyrice.

Les journaux parlent de l’arrivée de 800 étudiants supplémentaires dans le futur pôle universitaire, de l’implantation de la maison de santé sur la Place du Sacré Cœur. Le bruit court que la maison de retraite serait reconstruite ailleurs et que les locaux seraient transformés en logements étudiants… Ces aménagements inquiètent: ils vont occasionner des va et vient permanents, des problèmes supplémentaires de stationnement. La Mairie a-t-elle envisagé des solutions pour palier à ces nuisances ?

La suppression annoncée de la terrasse d’un restaurant pour récupérer deux places de stationnement ne peut pas constituer une réponse au problème !

Un besoin d’améliorer la qualité de vie

Cette circulation intense donne le sentiment qu’elle emporte la vie du quartier avec elle. Il est d’autant plus nécessaire de prévoir des espaces conviviaux pour se rencontrer et conserver un cœur à ce quartier.

Les habitants s’inquiètent du devenir de la place du Sacré Cœur, de leur square ensoleillé et du marché. Quel devenir si la maison de santé vient se loger comme une verrue sur la place, réduire et fermer cet espace privilégié ?

Ils sont stupéfaits que des frais aient été engagés pour effectuer des fouilles sur un cimetière dont tout le monde connaissait l’existence.

D’autres espaces verts existent: le square Buanton pourrait être agrandi et mieux équipé, la voie verte entre l’église et la rue du Vallon pourrait être aménagée. Un jardin est prévu au fond de la rue Béteille, avec une forte attente que son aménagement facilite la qualité de vie des riverains.

Les habitants ont des idées ….

Suite à ces échanges, ont émergé un certain nombre de propositions :

  • Limiter l’entrée des voitures avec la création de parking relais aux entrées de ville (prévus par l’agglo mais non réalisés) associés à des navettes fréquemment cadencées.
  • Éviter les voitures ventouses en créant plusieurs dispositifs :
    • travail avec les résidents pour inciter à l’utilisation des garages et places privés,
    • évaluer les besoins des résidents en place de parking collectif et les créer (notamment dans les espaces commerciaux inoccupés),
    • mettre en place une zone bleue à proximité des commerces.
  • Améliorer les dispositifs de sécurité des piétons et cyclistes et réduire la vitesse des voitures.
  • Agrandir et équiper les squares actuels (Buanton, Sacré Cœur).
  • Construire une halle couverte pour protéger le marché et y faire des animations.
  • Créer une véritable Maison De Quartier à la Maison Des Associations pour permettre la mise en place d’activités à destination de tous les habitants du quartier.
  • Construire la maison de santé plutôt en contre bas de la place (entre Impôts et Eglise) sur des parking souterrains permettant la transformation de la place du Sacré Cœur en espace vert.
  • Créer des passages piétonniers du centre des impôts à l’église et entre l’église et la rue du Vallon.

Les habitants s’interrogent sur la crédibilité des projets municipaux ou d’agglomération qu’ils apprennent par la presse et qui varient fréquemment.

Ils expriment leur besoin de concertation en amont des décisions.

Le Collectif Citoyen du Grand Rodez soutient ces propositions. La prise en compte des besoins et de l’expertise des habitants est un gage de réussite pour l’aménagement des quartiers. Pour nous, c’est cela une vraie pratique de la démocratie participative.  De plus, nous sommes convaincus que l’évolution des quartiers ne peut se concevoir au coup par coup, mais dans le cadre d’une vision d’ensemble de l’aménagement de la ville.

Poursuivons la consultation, donnez vos avis au 06 49 98 66 51 ou en nous laissant un commentaire sur cet article.

Share Button

Centres sociaux de Saint-Eloi et Gourgan : indignation !

L’article paru le 11 octobre dans Centre presse « Gourgan vers une révolution de quartier ?” a soulevé dans les quartiers de vives réactions auxquelles le Collectif Citoyen s’associe tant son indignation est grande.

Tout d’abord, c’est très inquiétant de constater la méconnaissance grave des missions exercées par la CAF à travers les centres sociaux. Il faut donc rappeler que les CAF ont des orientations nationales pour leur action sociale et une expérience de plus de cinquante ans d’animation des quartiers avec une réelle compétence au service de toute la population et non seulement des allocataires comme l’affirme l’adjointe au maire

Depuis des décennies, la CAF de l’Aveyron, en cohérence avec les orientations nationales, a créé des centres sociaux avec des personnels compétents. Sur les quartiers de Saint Eloi et Gourgan, ils sont très engagés dans un réel travail de terrain à partir d’une connaissance fine des besoins de la population, notamment de la plus fragile, en étroite collaboration avec l’ensemble des partenaires.
Contrairement à ce qu’affirme la mairie, avec « manque de visibilité de leurs actions », leur travail est largement reconnu tant par les populations bénéficiaires que nous avons longuement rencontrées sur ces quartiers que par les diverses institutions et partenaires. C’est un travail de fond, dans la discrétion, sans étalage dans la presse.

L’article précise que « la CAF aura à sa disposition une salle de consultation pour la protection maternelle et infantile (PMI) » Cette confusion de la place de chaque institution est fort regrettable. Le service de PMI n’a jamais été sous la responsabilité des CAF mais du Conseil Général depuis plus de 30 ans et maintenant du Conseil départemental

Quelle confiance accorder à une mairie qui sans aucune concertation digne de ce nom, y compris à l’intérieur du Conseil municipal, créé des maisons de quartier sans définir leurs objectifs, leurs contenus, les qualifications des personnels qui y seront affectés ?

Au fur et à mesure de la lecture de cet article notre indignation a grandi quand nous découvrons l’utilisation malsaine qui est faite du drame qui a touché une famille et tout un quartier. Nous partageons la colère qu’ont exprimée un certain nombre d’habitants et de professionnels.
On n’évoque pas la mort accidentelle d’un enfant pour faire croire que « la création d’une maison de quartier pourrait, contribuer, espère la mairie, à éviter un nouveau drame ». C’est un propos indigne et gravement irrespectueux. D’autant plus que lors de cet événement dans le quartier de Saint Eloi, les personnels du centre social et les habitants, dans un même élan de solidarité, ont été immédiatement présents auprès de la famille. Il faut aussi rappeler que c’est la même mairie qui est responsable de mettre en place les équipements de sécurité dans les quartiers.

C’est particulièrement étonnant que la mairie de Rodez soit la seule mairie qui porte un regard disqualifiant sur l’action des centres sociaux de la CAF. Les mairies d’Onet-le-Château, de Decazeville et de Villefranche-de-Rouergue se font régulièrement l’écho d’un partenariat constructif, efficace au service de l’ensemble de la population. La démarche engagée récemment à Saint- Affrique, pour un nouveau centre social, en partenariat avec la CAF et en association avec les habitants est exemplaire

Le Collectif Citoyen du Grand Rodez sera toujours présent auprès des habitants des quartiers pour qu’ensemble nous exercions une vigilance constante sur l’action de la mairie et une résistance chaque fois que nécessaire.

Pour le Collectif, le Président
Jean-Marie Maurel

Share Button

à la rencontre du Faubourg Ruthénois

Le collectif Citoyen du Grand Rodez est allé à la rencontre des habitants, associations et professionnels du Faubourg

Au printemps 2016, autour de la caravane, une dizaine de membres du Collectif ont réalisé des interviews des habitants du Faubourg. Nous avons reçu un accueil très positif des 51 personnes rencontrées. L’accueil a été également très positif et instructif auprès des professionnels, et des associations engagées sur le quartier.

Les habitants, les commerçants et les acteurs sociaux nous ont exprimé leur intérêt pour notre démarche d’aller vers eux et de les écouter. Nous avons perçu un grand besoin de reconnaissance.

Ensuite nous avons regroupé l’ensemble des informations et propositions par thèmes qui ont été présentées lors de la soirée du Mercredi 13 Septembre à la maison des associations devant un large public.
Nous avons compris que nous ne pouvions pas nous limiter aux frontières du comité de quartier établi par la Mairie car le faubourg constitue un carrefour et un bassin de vie qui irrigue les autres parties basses de la ville.

Autant lors des rencontres que lors de la réunion de restitution, nous avons perçu votre sentiment que le Faubourg est en déclin. Pourtant lors de notre travail nous avons constaté le dynamisme de jeunes entrepreneurs et qu’une grande activité persiste .
Le Faubourg est encore une des zones économiques les plus actives de la ville. On peut tout trouver sur place et tout faire à pied; on a même les supermarchés au Pont des 4 Saisons.

Ce quartier dispose de potentialités de développement importantes du fait de son parc immobilier accessible financièrement mais aussi adapté à l’installation d’entreprises ou d’espaces à vocation culturelle.
On peut penser que l’arrivée prochaine d’étudiants et de jeunes couples participera à cette dynamisation.
Par contre, nous avons noté toute la complexité de communication entre les personnes âgées, les jeunes et des personnes fragilisées qui habitent le quartier où y transitent. Cette difficulté est aggravée par l’absence de lieu de rencontre et de médiatisation organisée pour soutenir des relations sociales sereines.
L’ importance de la circulation pénalise aussi les relations sociales et nuit à la qualité de vie. C’est essentiellement une circulation de passage, qui ne profite pas au quartier et constitue une nuisance.
Quels moyens imaginer pour pallier à tout cela ?
Est-ce-que la nostalgie qui s’exprime ne porte pas plutôt sur le besoin de relations sociales fortes, d’une solidarité qui créait un esprit de quartier ?
Et dans ce cas, comment la recréer ?
Nous faisons appel à vos commentaires et à vos idées…et notre travail d’analyses et de propositions continue.

Share Button

Soirée d’échanges sur le quartier du Faubourg

LE COLLECTIF CITOYEN DU GRAND RODEZ

Vous invite à une soirée d’échange sur votre quartier

mercredi 13 septembre 2017 à20h

Maison des Associations

Depuis plusieurs mois nous sommes allés à la rencontre des habitants, commerçants, associations et services du quartier du Faubourg.

Lors de cette soirée nous vous présenterons les points de vue et les propositions recueillies et nous échangerons sur la vie du quartier et ses évolutions.

Nous espérons que vous viendrez nombreux. Un pot de l’amitié clôturera notre rencontre .

Share Button