Archives de catégorie : Enfance-Jeunesse-Education-Sport

Réhabilitation du Stade Paul Lignon

Stade Paul Lignon : Quels travaux incombent à la collectivité ?

Conseil Municipal 9 mars 2018

Le rapport présenté indique : ” Le Rodez Aveyron Football est en passe d’accéder à la ligue 2. Pour cela, le stade Paul Lignon doit répondre à plusieurs critères.
Aujourd’hui, pour respecter la réglementation fédérale et les exigences de la Ligue Professionnelle de Football, les rénovations de l’accueil et la sécurité des publics (joueurs, spectateurs,..), la mise aux normes de l’aire de jeu (pelouse), la mise aux normes des vestiaires et locaux annexes et la mise à niveau de l’éclairage sont nécessaires…
L’ensemble des travaux est aujourd’hui estimé à 3 226 500 € HT….”

Intervention Rodez Citoyen

Nous sommes favorables à la partie des travaux qui concerne la sécurité des joueurs, des arbitres et des spectateurs et qui permet la pratique des sports dans notre ville.
Vous présentez ce projet de réhabilitation comme s’imposant du fait que le RAF soit en passe d’accéder à la ligue 2. Si ce passage ne se réalisait pas, qu’adviendrait-il de la décision prise ce soir ?
Des travaux très lourds sont imposés par les exigences de la Ligue Professionnelle de Football. Ne pourrait-on pas concevoir que fédération de football et club participent également financièrement ?
Avez-vous prévu d’augmenter la redevance du RAF pour l’utilisation de cette infrastructure afin de compenser l’investissement, le coût de l’entretien du stade et l’augmentation des charges d’amortissement que vont générer ces travaux pour la Ville ?
Pourriez-vous nous présenter les différents travaux programmés en deux  catégories : ceux relatifs à la sécurité, à l’accessibilité, à la pratique des sports et ceux qui correspondent à l’exigence de la Ligue et du sport professionnel. Ceci permettrait de déterminer ce qui relève de l’intérêt général et ce qui relève de l’intérêt privé.
Est-il en effet acceptable que des travaux très coûteux, tels ceux de l’éclairage, soient financés par la collectivité, par les contribuables, alors qu’ils vont améliorer les recettes commerciales pour le club ? Peut-on engager de l’argent public pour réaliser des bénéfices privés ?

Chantal Combelles

Réponses et commentaires :
L’ensemble des travaux présentés ici ne seraient engagés qu’en cas d’accession à la ligue 2.
Dans ce cas de figure, la redevance demandée au RAF (en contrepartie de l’entretien du stade) serait réévaluée et par conséquent augmentée.
Pas de réponse à la dernière question portant sur l’utilisation de l’argent public pour financer des bénéfices privés (recettes commerciales du club). Seul Mr Chauzy a ajouté que toutes les villes de France supportaient la charge de ces travaux et que nous ne pouvions guère compter, à Rodez, sur l’aide du Qatar. Ignore-t-il que des réflexions relatives aux coûts importants supportés par les villes pour entretien et travaux des stades conduisent à des évolutions sur la question de ces financements par les collectivités ? Un élu n’a-t-il pas le devoir de de se questionner sur la pertinence d’investissements aussi importants ? Et cela, d’autant plus lorsque la question de l’intérêt général se pose.

Et vous, citoyens de la ville (et contribuables), qu’en pensez-vous ?

Share Button

C.M. du 15/12/17 : Construction d’un multi accueil à St Éloi

Nous nous réjouissons de cette construction qui correspond à une demande forte de la population. Quand le déménagement de Gourgan aura eu lieu, la ville va y avoir des locaux vides adaptés pour installer un multi-accueil. Nous retenons dans les réponses qui nous ont été faites sur la politique de la petite enfance que les multi-accueil municipaux sont obligés de ne plus accueillir les enfants qui ont 3 ans entre janvier et juillet pour faire de la place à des demandes d’accueil de bébés . Cela veut donc dire que les structures municipales manquent de places.

L’école maternelle de Gourgan manque d’effectif et l’absence de multi-accueil collectif sur le quartier constituerait une entrave supplémentaire pour le développement de cette école

Pour ces deux raisons et pour répondre aux besoins des familles du quartier nous vous demandons de créer un multi-accueil municipal à Gourgan. Cela permettra de répondre au manque de places en accueil municipal mais aussi surtout de dynamiser le quartier de Gourgan .

Nous ne voudrions pas que l’école de Gourgan soit la prochaine école que vous souhaitez fermer dans le cadre de votre politique la fermeture d’une école pour la reconstruction d’une autre par mandat.

Enfin nous nous inquiétons sur une sorte de ghettoïsation qui frappe l’accueil de la petite enfance sur la ville . Des crèches privées à but lucratif pour les familles les plus aisées au multi-accueil CAF pour les plus pauvres en passant par les classes moyennes dans les structures municipales. Ce n’est pas ce qu’on attend d’une politique publique de la petite enfance !

Claudine Bonhomme
RODEZ CITOYEN

Share Button

Plan de licenciements au Centre Équestre de Combelles : Ce qui devait arriver, arriva !!!!

Le 8/11/16, je dénonçais en séance, le souhait du Président et du bureau du Conseil de Rodez Agglomération de voir confier la gestion du centre équestre de Combelles au secteur privé et indiquais les conséquences désastreuses qu’une telle décision aurait à terme sur l’avenir de cet équipement, de son personnel et sur le quotidien des Grands Ruthénois. (Pour rappel, mon intervention de l’époque est publiée sur http://collectif-citoyen-grand-rodez.org/quel-avenir-pour-le-domaine-et-le-centre-equestre-de-combelles/).

Le 1er Juillet 2017, Rodez Agglomération confie à Mr Ichard, chef de l’entreprise FI Energie, la Délégation de Service Public (DSP) pour la gestion de cet équipement, anciennement gérée par la SEM du Grand Rodez. Son Président, Christian Teyssèdre, justifiait notamment cette décision en affirmant qu’en déléguant à un professionnel du monde équestre la gestion du Centre Equestre de Combelles, ce dernier ne s’en porterait que mieux et qu’il ne fallait surtout pas que les élus s’inquiètent du sort du personnel, puisque le cahier des charges de la DSP donnait obligation, entre autre, au nouveau délégataire, la reprise intégrale des 11 personnels salariés à l’époque par la SEM du Grand Rodez!!!!

A peine 6 mois plus tard, Mr Ichard, le 14/12/17 annonce dans les colonnes de la Dépêche, que pour gérer au mieux cet équipement il lui faut « adapter la voilure » en passant de 9 à 5 salariés.

Le 22/12/17, veille de Noël, 4 salariés du centre équestre seront convoqués à un entretien préalable de licenciement.

Si juridiquement, l’entreprise de Mr Ichard est responsable de ces licenciements annoncés, on peut dire aujourd’hui, que cette situation est d’abord le résultat de la politique conduite par Rodez Agglomération et Son Président. Son insatiable obsession des économies de fonctionnement pour permettre de dégager des marges de manœuvres afin d’investir, par exemple, 30 millions d’Euros dans le futur parc des expositions et la zone d’activités de Malan, est en train de dramatiquement porter ses fruits !!!!! …..et ce n’est pas fini !!!
Enfin, j’ose espérer que le Président de Rodez Agglomération fera le nécessaire auprès des 4 salariés concernés pour que ceux-ci puissent bénéficier de conditions de licenciements à la hauteur des conséquences des choix politiques de notre collectivité dans cet état de fait.

Matthieu LEBRUN, Elu de Rodez Citoyen
Conseiller Communautaire de Rodez Agglomération

Share Button

Enquête crèches à Rodez

Enquête menée en juin 2017 par les conseillers municipaux Rodez Citoyen avec le soutien de membres du Collectif Citoyen du Grand Rodez, sur les 3 multi-accueil collectifs de la ville : les Ptits Loups ; Farandole  ; Les Lutins.

 

En juin 2015, nous avions déjà effectué une première enquête pour évaluer les besoins des parents car nous étions en désaccord avec la réduction des horaires d’ouverture des établissements municipaux d’accueil de la petite enfance ( délibération du 27 avril 2015, Voir notre article à ce sujet .)

  • Farandole à la Maison de l’Enfance était passé de 7h30 /18h45 à 8h/18h.
  • Les Petits Loups à Bourran et les Lutins à la Maison de l’Enfance étaient passés de 7h30/18h30 à 7h45/18h30.
  • La fermeture estivale était passée de 2 à 3 semaines pour Farandole et Petits Loups ; Les Lutins restant ouvert tout l’été.

La municipalité présente ces réductions comme une demande des services. Il est évident pour nous qu’elles sont la conséquence de sa décision de non remplacement d’un agent parti à la retraite. Les services sont obligés de s’adapter.
L’enquête a montré que ces modifications mettaient beaucoup plus de familles en difficulté que ce que la municipalité affirmait.( lien avec enquête précédente)

A partir de l’année 2017, l’ensemble des structures ferment une semaine aux vacances scolaires de Pâques, 3 semaines l’été, avec une alternance entre la Maison de l’Enfance et Les Petits Loups. Avec la fermeture habituelle, une semaine entre Noël et le premier de l’an + tous les ponts, nous arrivons à un total de 5 semaines + les ponts.
Auparavant « Les Lutins » à la Maison de l’Enfance ne fermait pas l’été et les « Petits Loups » fermait en Août ; aucune structure ne fermait aux vacances de Pâques.

Encore une fois les services ont dû s’adapter aux décisions de restriction sur les budget du personnel !

Le plus choquant pour nous : la ville, qui avait passé contrat avec les familles pour la période septembre 2016 / septembre 2017, modifie les termes du contrat de façon unilatérale en décembre 2016, donc ne respecte pas ses engagements ! Une municipalité respectueuse va jusqu’au bout de ses contrats et consulte ses partenaires avant d’en modifier les termes.

 

Pour cette deuxième enquête, nous avons reçu le même accueil, très positif, qu’en 2015 de la part des familles.
Cette fois nous avons voulu évaluer le nombre de familles mises en difficultés par les fermetures supplémentaires des crèches aux vacances de Pâques et d’été mais aussi évaluer deux ans après l’impact des horaires d’ouverture.

L’enquête (158 réponses) a montré que :

12 familles sont mises en difficulté pour les différents ponts
3 pour la fermeture entre Noël et le premier de l’an
53 pour les vacances scolaires de Pâques
104 pour l’été 2017
12 familles ne savaient pas encore comment elles s’organisaient pour l’été

Certaines familles sont moins impactées cette année mais le seront en 2018 alors que d’autres le sont cette année mais le seront moins en 2018 à cause de l’alternance de fermeture sur juillet et Août de la Maison de l’Enfance et des Petits Loups.
Cette réduction du nombre de jours d’ouverture impacte bien sur plus fortement les familles monoparentales.
Pour une même période de fermeture, la grande majorité des parents utilisent plusieurs solutions consécutives pour palier au manque d’accueil à la crèche habituelle.

Pour 2017, les parents ont bien compris que tous les enfants ne pourraient pas être reçus en juillet à la Maison de l’Enfance et en Août aux Petits Loups, alors ils ont cherché des solutions alternatives

Quelles solutions ?
Si les parents ne peuvent pas prendre de congés quand la structure de leur enfant ferme,  ils peuvent demander à l’autre structure ouverte s’il est possible de l’accueillir :
mais toutes les demandes ne peuvent être satisfaites. Parfois, l’enfant peut être accueilli 1 semaine sur les 3 semaines demandées notamment en Juillet.
4 familles ont signalé un refus d’accueil dans la structure restant ouverte.
mais les réponses d’acceptation sont tardives, il faut donc s’organiser avant et autrement
mais plusieurs familles disent ne pas être au courant de cette solution
mais cela modifie le temps de trajet domicile -crèche- travail et donc peut rendre impossible d’être à l’heure soit au travail le matin, soit le soir à la crèche
mais ce changement de structure n’est pas vraiment dans l’intérêt de l’enfant même si certains s’adaptent mieux que d’autres.
mais aussi, un parent nous dit : 3 semaines de Congés Annuels des parents + 3 semaines de fermeture de la crèche, cela fait 6 semaines où l’enfant ne vient plus à la crèche, cela fait long »
Rajoutons que c’est particulièrement vrai dans cette période où se font les adaptations pour septembre !!!

Autres solutions (concerne 100 réponses) :

  • L’emploi d’une personne au domicile : 9 familles nous disent y avoir recours pour l’été et 4 à Pâques
  • 3 familles prennent des congés sans solde ;
    Ces deux solutions fragilisent les plus précaires.
  • Le plus fréquent est l’appel à l’aide, quand c’est possible, auprès de la famille notamment des grands parents qui sont loin d’être tous des retraités ou d’habiter tous l’agglomération. Ils sont de toutes les régions de France !
  • Les demandes auprès de l’employeur et des collègues ne simplifient pas la vie au travail même si plusieurs réponses font état de compréhension et de solidarité.
  • Enfin l’appel au secours auprès des amis ou des voisins vient compléter l’arsenal de la débrouille. Rappelons que mi-juin, 12 familles ne savaient pas vraiment comment s’organiser pour l’été.

Qu’en est-il des horaires journaliers ?

Pour les horaires réduits du matin, 20 familles se disent mises en difficulté. Elles sont 32 pour les horaires du soir.
Soit un parent arrive en retard régulier à la prise du travail le matin ou à l’arrivée à la crèche le soir.
Soit elles emploient une personne rémunérée ou demandent à la famille ou aux amis
Ce sont 17 familles qui utilisent un mode de garde supplémentaire donc payant soit pour le matin ou le soir. Elles demandent au minimum un retour aux horaires d’avant 2015.


Notre conclusion

Nous avons perçu une grande inquiétude de la part des familles notamment de celles qui ont connu un service fonctionnant avec plus de jours d’ouverture et de façon plus souple. Elles se demandent quelle sera la prochaine dégradation du service. Jusqu’où la municipalité va aller ?
Face aux élus que nous sommes, elles ont exprimé leur mécontentement envers les décisions municipales. Par contre, presque toutes disent leur satisfaction par rapport au travail effectué par le personnel des crèches auprès de leurs enfants. Aussi, de nombreux parents font des efforts pour alléger le travail du personnel, conscients qu’il se débrouille avec des roulements trop justes et des règlements de fonctionnement pas toujours adaptés aux familles.
Tant de jours de fermeture et l’alternance entre structure ne sont pas acceptés tout comme les horaires d’ouverture et de fermeture même si les familles s’adaptent et se taisent.
Moins exprimé, mais flagrant pour les observateurs que nous étions lors de cette semaine d’enquête c’est le stress vécu par la plupart des familles.
Un service public de la petite enfance se doit d’apporter un soutien aux familles dans cette période où il n’est vraiment pas facile de concilier vie professionnelle et fonctions parentales.
Pour cela les familles doivent sentir que les prestations vont rester constantes et assez souples pour s’adapter aux différents cas et aux modifications de situation familiale et professionnelle.
Or, par exemple, le nouveau paramétrage du logiciel de présence/enfant (donc de paiement) met les familles en stress complet (9 l’ont rajouté en commentaire) . Certains, arrivés à l’avance, restent avec leur enfant dans la voiture pour ne pas badger trop tôt et ne pas payer disent-ils « une heure de plus » et le soir c’est la course pour badger le plus tôt possible là aussi avec les mêmes enjeux !
Autre exemple tous les parents ne sont pas toujours en mesure de donner exactement l’heure de la fin de leur activité professionnelle donc du départ de l’enfant (employés en restauration ou commerce et professions de santé…)

Quelques commentaires exprimés : « c’est vous qui le dites »

« La plupart des entreprises ferment en août donc lors des fermetures de juillet la structure restant ouverte ne peut pas faire face à toutes les demandes d’accueil des enfants venant de l’autre structure »
« Je travaille dans le secteur du tourisme, la ville veut développer ce secteur d’activité et en même temps ne répond pas, l’été et pour les ponts, aux besoins des parents qui travaillent dans le tourisme »
« Avant nous choisissions les dates auxquelles notre enfant n’allait pas à la crèche maintenant on nous les impose »
« Pourrions-nous avoir plus de traçabilité sur ce que nos enfants mangent et pourquoi pas introduire le bio ? »
« La crèche ferme 5 semaines + les ponts moi j’ai droit à 5 semaines de congés par an »
« Petit à petit on ferme de plus en plus »
« A Onet, cela ne ferme qu’à Noël et 3 semaines en Août et c’est une petite crèche !«
« Gros problème pour les enfants qui ont trois ans et sont exclus des crèches (de Rodez) alors que les écoles ne peuvent pas accueillir en cours d’année »  « Il faut aller dans le privé »
« Cela fait 5 ans que j’utilise la crèche et plus cela va, plus c’est compliqué »
«  Nous ne prenons pas nos congés ensemble mais c’est pas sympa pour le couple »( 13 couples concernés)
« Notre couple est séparé donc nous avons 2 fois plus de congés annuels »
« Beaucoup de parents travaillent en périphérie et commencent à 8h comme moi et sont en retard, besoin que cela ouvre à 7h 15 »
« J’arrive régulièrement en retard , j’ai la chance d’avoir un employeur compréhensif »
« Rue Planard, circulation trop rapide et dense ; stationnement dangereux »(11fois)
« une crèche devrait être ouverte tout le temps et le personnel doit pouvoir rouler pour prendre ses congés »
« Mon enfant est de moins en moins accueilli en périscolaire alors que cet accueil est plus adapté à mon enfant que les Francas »
« Manque de souplesse pour accepter une augmentation momentanée du nombre d’heures d’accueil »
« Pourquoi pas ouvrir le samedi? »(2 familles)
« Les crèches municipales publiques vont elles être vendues au groupe des crèches privées lucratives ? »

Share Button