Inauguration de la ligne d’arrivée du Tour de France

Les élus ont reçu cette invitation :

Hôtel de Ville, le 8 avril 2015

Inauguration de la ligne d’arrivée du Tour de France

Christian TEYSSÈDRE, Maire de Rodez serait honoré de votre présence à l’inauguration de la ligne d’arrivée du Tour de France, Côte RAGT :
Mardi 14 avril 2015 à 14 h 30
Côte St Pierre  Bourran
12000 Rodez

À quand l’inauguration de l’emplacement de la tente de
Gérard Holtz ?

Alain Misrahi

Share Button

Une lutte emblématique pour le droit de vote.

Le film Selma de Ava DUVERNAY sorti en salle le 11 mars 2015 retrace la lutte historique non-violente conduite par Martin Luther King pour garantir le droit de vote à tous les citoyens.

Au début de 1965, alors que pourtant une loi récente l’autorise, les Afro-américains ne peuvent toujours pas s’inscrire sur les listes électorales pour voter à cause des tracasseries mises en place par l’administration tenue par des blancs particulièrement haineux. Cette lutte qui s’inscrit dans le mouvement des droits civiques a conduit le président Jonhson à signer la loi sur la mise en application du droit de vote en 1965.

Ce film est un exemple d’une stratégie d’action efficace, avec un objectif clair, précis, atteignable, des actions symboliques courageuses qui créent un rapport de force en la faveur des opprimés, une forte mobilisation des personnes concernées, une volonté de contrôler tout débordement de violence du côté des opprimés.Selma

Share Button

De l’abstention aux élections à la démocratie de demain

Comme dans bien d’autres pays européens, en France, la participation électorale ne cesse de s’affaiblir depuis une vingtaine d’années. Les élections départementales que nous venons de vivre avec un taux de plus de 50% d’abstentions pouvant atteindre jusqu’à 66% dans certaines localités témoignent de cet affaiblissement.

Même si le vote est toujours considéré par 59 % des Français, comme l’outil principal d’expression démocratique, capable d’influencer les décisions politiques, il reste néanmoins une proportion significative de Français (40 %) qui choisit en première réponse une autre modalité de participation politique, non conventionnelle : 16 % considèrent que manifester dans la rue a davantage d’influence sur les décisions politiques, 12 % faire grève, 6 % boycotter des entreprises ou des produits, 4 % militer dans un parti politique, enfin 3 % discuter sur Internet.

La démocratie représentative reste donc dans son principe, un fondement important, mais il faut également la penser comme un objet en perpétuelle évolution.

Nous avons le devoir d’en faire un laboratoire vivant, une série d’expériences successives, car la démocratie, comme toute chose, est soumise à ce qu’Edgar MORIN nomme la loi suprême de la vie, selon laquelle « tout ce qui ne se régénère pas dégénère ».

Réfléchir ensemble à la démocratie de demain est un phénomène nouveau en progression constante en France, en Europe et dans le Monde.

Le printemps arabe, les Indignés en Espagne, des mouvements grecs et islandais, le mouvement des étudiants et lycéens à Hong-Kong pour instaurer le suffrage universel…

Parmi les revendications de ces mouvements, une révolution citoyenne pour favoriser l’émergence de nouvelles formes de démocratie plus participative.

Très critiques à l’égard de la démocratie représentative qui favoriserait les dérives vers l’oligarchie ou l’aristocratie, ces mouvements prônent une démocratie plus directe, un droit de regard des citoyens sur l’action publique…

Réfléchir ensemble à la démocratie de demain, expérimenter des formes nouvelles de mobilisation des habitants c’est la démarche que conduit le Collectif citoyen du Grand Rodez.

CAMINAREM

Share Button

Le musée Soulages un an après : L’Express nous interroge…

Quelles étaient les réticences à l’égard du projet au moment de son lancement ?

Nos réticences concernent la démesure du projet pour une petite ville comme Rodez et restent d’actualité. L’endettement de la communauté d’agglomération atteint des limites hautes. Pour le moment ce Musée bénéficie de la notoriété de Soulages et de l’effet nouveauté. Qu’en sera-t-il dans 2 ou 3 ans ?

Nos réticences viennent aussi du fait que le budget Musée Soulages prive les autres secteurs de la culture du soutien de la collectivité territoriale.

Où en est la situation aujourd’hui ? Les polémiques sont-elles apaisées ? Les réticences sont-elles moindres, au vu des premiers résultats de fréquentation et des retombées économiques pour la région ? 

Le débat portait sur le fait de faire ou de ne pas faire un musée de plus pour accueillir les œuvres de Soulages. Une fois construit ce débat s’arrête de fait .

Par contre le débat sur la capacité de l’agglomération à dégager un budget de fonctionnement suffisant pour faire vivre sur la durée les trois musées persiste et ce malgré la bonne fréquentation des premiers mois qui nous réjouit. Il faut reconnaître aussi que l’aménagement des espaces (ancien jardin public) autour du musée est une réussite et ouvre à la ville un site qui était autrefois clos. De plus nous ne pouvons que nous féliciter de l’augmentation de la fréquentation des deux autres musées : Denys Puech et Fenaille grâce au ticket d’entrée commun.

Avez-vous des craintes pour l’avenir ? Le musée Soulages est-il toujours un enjeu politique ?

Le musée Soulages restera toujours un enjeu politique local… mais aussi national quand on voit comment sont mis à mal tous les événements culturels de cet été ( suppression de plus de 300 festivals nationalement). Comment ce musée arrivera-t- il à maintenir sa notoriété dans ce contexte ?

Tout dépendra de la capacité (moyens financiers, réseaux culturels…) à faire venir des collections temporaires de qualité.

Or nos craintes sur la globalité du budget de la culture et sur la capacité de l’agglomération à faire vraiment fonctionner trois musées sont plus que jamais d’actualité dans cette période où le président de l’agglomération cherche des économies de fonctionnement partout.

Pourriez-vous me donner des renseignements sur l’endettement de l’agglomération et sur les économies que cherche à faire son président ?

L’encours de la dette de la CA du Grand Rodez est au 31/12/13 (chiffres site bercy colloc) de 78 567 000€ soit 1405€/hab et l’annuité de  8 137 000 € soit 145€/hab. À titre de comparaison la CA d’Albi  l’encours : 1350€/hab et l’annuité 85€ hab,
celle de Cahors l’encours : 634€/hab et l’annuité 85€ /hab et
celle de Tarbes l’encours :134€/hab et l’annuité 12€ /hab
Les chiffres 2014 ne sont pas encore publiés.

Vous dites que le budget du Musée Soulages prive d’autres secteurs de soutien financier : lesquels ? Est-ce dans le domaine de la culture ou dans d’autres domaines également ?

Le musée est essentiellement en concurrence avec les autres domaines culturels mais par contre les économies se font aussi dans les trois musées notamment au niveau du personnel et nous avons toujours une crainte sur l’avenir à long terme particulièrement  pour le musée Denys Puech. L’aire de jeux , 240 000€, a neutralisé la réfection de celle du quartier Gourgan a empêché la création d’aires sur Bourran, quartier jeune, où il n’y a rien pour les Petits. Peut-on considérer tout cela comme négligeable par rapport à la vie de tous les jours des citoyen contribuables ?

Jean-Marie Maurel – Claudine Bonhomme – Alain Misrahi

 Interview du Collectif Citoyen
à paraître prochainement dans l'Express
Share Button