Hommage à Bruno BERARDI lors du Conseil Municipal du 26 Février 2015

Dans la période 2008 / 2014 Bruno BERARDI a été conseiller municipal Vert devenu EELV.

Il a été élu à la vice présidence de l’agglo grâce ses compétences acquises par son travail et sa formation chez les Verts sur la gestion des déchets; compétences reconnues par l’ensemble des conseillers de l’agglo qui lui ont permis d’être aussi au bureau du SYDOM

Il avait une vision de l’éthique en politique aussi il pensait que l’élu en responsabilité doit se consacrer à son mandat, c’était pour lui une évidence et l’honnêteté que nous devons aux citoyens qui nous ont élus. Pour cela il a pris un mi-temps dans son activité professionnelle.

Il pensait aussi que l’activité politique ne devait pas être l’occasion de s’enrichir personnellement et que les indemnités d’élus ne sont là que pour compenser les pertes de salaire ou de revenus et les frais s’ils ne sont pas remboursés dans le cadre légal. Aussi, pour une transparence totale, il a ouvert un compte dédié aux indemnités d’élus avec lequel il payait ses frais lors des déplacements et le remboursement de sa perte de salaire.

Pour lui, l’éthique en politique c’est respecter et être capable de travailler avec les employés qu’ils soient administratifs ou en charge de la collecte des déchets. Pour ces derniers il a lutté pour améliorer leur conditions de travail même s’il a rencontré de nombreux blocages.

Enfin, c’est être en capacité de travailler, de fédérer les acteurs sociaux, les associations et les citoyens conscient que l’élu n’est rien sans eux.

Il ne voulait pas devenir un élu hors-sol comme il disait, c’est pourquoi il a voulu continuer à travailler disant aussi qu’il pouvait être viré de ses fonctions d’élu car il pouvait reprendre à tout moment son travail ce qui lui a donné une grande liberté de ton et d’action.

À la BOSCH il écoutait ses collègues, se remettait en question et mettait en perspective les décisions municipales et de l’agglomération. Ainsi il entendait par exemple les ouvriers être choqués par l’achat de la voiture pour le maire à plus de 30 000 euros ou être choqués par les négociations mairie / hôpital pour le paiement de COMBAREL alors que pour eux la santé est le bien le plus précieux. Quand il voulait faire passer un message, s’il n’y arrivait pas ce n’était pas la faute des autres c’était qu’il n’avait pas su trouver les bonnes explications, les bons arguments et il retravaillait.

Son vécu d’ouvrier, syndicaliste de surcroît c’est ce qui a donné une grande richesse à Bruno BERARDI militant écologiste et à Bruno BERARDI élu ; ce vécu il a su le transcender par un désir permanent de comprendre et d’apprendre, par un énorme travail personnel et par son souci de se former sans cesse .

Il a consacré aussi beaucoup de temps à la communication mais une communication vraie. Allez revoir son blog saisissant de sincérité et très pédagogue, dont la conclusion peut être «nos actes nous engagent bien plus que tous les discours « sous entendus de campagnes électorales ou de posture par rapport au gouvernement en place ».

Ces actes parlons-en.

À propos des services publics. Il s’est battu pour le service public de l’eau et de l’assainissement avec tarification sociale et écologique, pour la création du service public de crématorium ; pour que les résidents de la ville aient accès à un tarif modique dans le cadre du service public de stationnement et pour que les transports soient repris en régie directe Il s’est aussi battu contre la fermeture de l’école publique François FABIE.

Son travail dans le cadre de sa délégation sur les déchets a abouti entre autres à une action concertée sur le compostage des boues à Bénéchou ; et à l’entrée de l’agglo dans une démarche de prévention des déchets avec le soutien de l’ADEME ; soutien dont n’ont pas pu bénéficier le SYDOM ni le conseil général car ils n’ont pas su être assez réactifs malgré la mise en garde de Bruno BERARDI.

Si nous avons un jour sur RODEZ un éco-quartier à COMBAREL, un ou des réseaux de chaleur au bois énergie, 3 parcs relais pour les stationnements pendulaires reliés à des bus ou un système de compostage des boues et une usine de traitement des poubelles noires fabriquant à la fois compost et méthane ce sera, entre autre, grâce à la ténacité de Monsieur BERARDI.

Ses capacités d’analyse et d’anticipation ont fait qu’il a été le premier à mettre en garde contre le sur investissement qui sévissait à l’agglo, c’est aussi le premier à avoir mis en garde contre la méthode anti démocratique pour faire entrer Baraqueville dans l’agglo.

Ce qui l’a le plus choqué dans le dernier mandat c’est le népotisme qui, disait-il corrompt la vie politique, les services publics et les relations au sein du personnel alors que beaucoup de gens pense que c’est presque normal, en tout cas, pas très grave. Il était fier qu’EELV ait été le seul parti à ne pas avoir demandé ou accepté de passe droit.

Par rapport à ( je le cite) «son amère déception au regard de la gouvernance désastreuse de ces 6 longues années» et à sa déception de son vécu d’élu de « gauche » il pensait que le débat sur les étiquettes droite-gauche n’avait pas de sens s’il n’était pas relié aux valeurs et aux pratiques des élus. C’est pourquoi nous avons voulu impulser un mouvement citoyen plutôt que de s’épuiser dans des négociations marketing qui n’aboutissent en général pas à grand-chose pour l’intérêt général. Ce mouvement il s’est fait assez naturellement du fait de notre écoute des mouvements sociaux et des citoyens au cours du mandat. Ce mouvement a porté une exigence :

  • quant à la place du citoyen et à la transparence dans les décisions publiques,
  • quant à l’éthique en politique et à la disponibilité des élus,
  • quant au respect de tous,
  • quant au débat sur l’intérêt général et les biens communs,
  • et bien sûr sans oublier les enjeux écologiques locaux qui sont majeurs.

Cela a abouti à la liste Rodez-Citoyen. Les trois élus nous avons conscience que la charge est lourde pour remplacer Bruno mais notre engagement collectif nous invite et nous aidera à être à la hauteur de la tâche.

Nous sommes conscients que cet hommage peut paraître angélique, bien sûr, comme nous tous, Bruno avait des défauts, mais aujourd’hui nous avons envie de les oublier, car cela ne change en rien son action politique novatrice qui a cherché à bouger les lignes, à promouvoir l’émancipation des citoyens et à réhabiliter l’action politique.

A propos de votre hommage, Monsieur le maire, j’en avais parlé avec Bruno quand il a démissionné de ses mandats ; Nous avions pensé qu’ il n’y a que l’humour comme réponse. Alors je vais plagier Charlie-hebdo : « C‘est dur d’être respecté quand on n’est plus là  !».

Claudine Bonhomme

Share Button

Souvenirs

Entre les 2 tours 02

Caravane RC 03

photos listes UMP RODEZCI 020 02

conseil municipal Rodez 4 04 2014

Hommage au JT de France 3 Quercy Rouergue

Share Button

Bruno s’en est allé…

Bruno V
Les membres du Collectif Citoyen du Grand Rodez ont l’immense tristesse de vous faire part du décès de leur ami Bruno BERARDI.
Ses obsèques civiles auront lieu mardi 17 février 2015 à 10h au funérarium Ferrand, Chemin de Salabru, quartier Bourran à RODEZ.

Nous présentons à Laurence, à ses deux enfants Marion et Lucas, ainsi qu’à toute sa famille  toute notre affection et nos sincères condoléances.

Share Button

La littérature dans l’Aveyron de 1950 à nos jours, de Jean DIGOT à Robin COOK

Jeudi 5 mars à 20h45

à la salle de la Maison des associations

15 avenue TARAYRE 12000 RODEZ

Un Débat-Anthologie animé par René DURAN

Organisé par le Cercle du Faubourg et la Librairie Mot à Mot

22 écrivains en langue française

19 écrivains en langue d’oc

2 écrivains en langues immigrées

En tout, 14 tendances, générations ou genres

ENTRÉE LIBRE & Meilleur accueil

Share Button