VŒUX 2015 des élus du groupe Rodez Citoyen

Le texte ci-dessous est le texte des vœux aux ruthénois et ruthénoises qu’avaient préparé les élus du groupe Rodez Citoyen et qu’ils n’ont pas eu l’occasion d’exprimer lors de la cérémonie des vœux organisés par le Maire de Rodez le 15 Janvier dernier.

La cérémonie des vœux 2015 ne peut être une cérémonie comme les autres car le contexte est totalement différent des années habituelles.

Contexte différent, car lié aux attentats, horribles, meurtriers, qui ont porté atteinte à la fois à la liberté d’expression, à la liberté de religion et aux forces de l’ordre de la République.

Contexte différent, parce que lié à la réponse apportée, dimanche 11 janvier 2015, à l’unisson par les citoyens et politiques, quelque soit leur sensibilité.

Une vague unitaire, une vague solidaire, une vague citoyenne ont déferlé sur notre pays.

Notre République, qui porte des valeurs de démocratie, de liberté, de laïcité, a suscité comme jamais, un élan exceptionnel et ce, même au-delà de nos frontières.

Riche de nos différences et ensemble pour porter plus haut la laïcité, le respect, la tolérance, la liberté d’expression, les valeurs de la démocratie,

A tous les Ruthénois et ruthénoises,

Nous formulons le vœux d’un Rodez tolérant, et respectueux des différences,
Nous formulons le vœux d’un Rodez solidaire,
Nous formulons le vœux d’un Rodez engagé par la mobilisation de ses citoyens à la construction du vivre ensemble dans notre cité.

Share Button

Citoyens du pays de la liberté

Nous-sommes-Charlie

Share Button

Intervention de Bruno Bérardi lors du conseil d’agglo le 16 décembre 2014

1.Questions

Au chapitre 65, quels sont les postes impactés pour arriver à une baisse de 5% des montants prévus ?
On note une différence prévisonnelle de 1,9M€ entre les recettes et les dépenses muséales. Est-ce bien réaliste? Par ailleurs la gestion du musée D.Puech a été évaluer à 260k€ sur les trois dernières
années et la prévision budgétaire 2015 l’évalue à 230k€. Cela traduit il une baisse de l’activité ?
On note, p9, une dépense d’investissement de 60k€ pour le pole des expositions : de quoi s’agit il ?

2. Intervention.

Monsieur Teyssedre,

Je constate une marge brute de 7,5M€, une marge nette de 2,7M€ qui se reconstitue et un ratio d’endettement qui baisse (7.5 ans).

Je constate un début d’inversion des indicateurs financiers qui s’améliorent. Cela traduit un changement de cap qui était inévitable à moins d’aller dans le mur, je m’en réjouis.

Je tiens malgré tout à tempérer vos propos: contrairement à ce que vous dites, l’Agglomération aura bien recours à l’emprunt en 2015 mais pour un montant limité de 3M€ (p22 du doc) et cela concerne les budgets annexes.

Je suis personnellement satisfait que vous ayez trouvé une certaine approche budgétaire plus raisonnable, moi qui ai dénoncé le sur-investissement de l’Agglomération depuis plusieurs années, ce qui nous a conduit à un recours inconsidéré à l’emprunt avec des ratios d’endettement dangereux.

Cela dit je m’interroge sur la pertinence de cette politique d’investissement en YOYO qui consiste à serrer la ceinture dans les premières années du mandat pour ouvrir les vannes des investissements dans les trois dernières années ! Je ne pense pas que cela soit sein ni pour notre collectivité ni pour l’économie locale qui a besoin de visibilité et de continuité.

Je dis que ce n’est pas bon pour notre collectivité car consacrer 900k€ (p19 du doc) pour la deuxième année consécutive à l’investissement dans les réseaux pluviaux ne couvre pas le besoin annuel d’entretien/renouvellement de ces réseaux pourtant indispensable ! Le risque est d’avoir des réseaux inaptes à «encaisser» des épisodes pluvieux… !

Je dis que ce n’est pas bon non plus pour notre collectivité en constatant pour la nième année consécutive l’absence d’investissement dans les parcs relais qui sont pourtant un maillon indispensable dune politique cohérente des transports publics.

Le problème est que les chiffres de ce Budget Primitif représentent une prévision à un instant T : ils ne disent pas tout. L’amélioration constatée aujourd’hui cache, à mon sens des sujets d’inquiétude:

La baisse annoncée des dotations d’État dans les années à venir et la hausse de notre contribution au Fonds de péréquation vont diminuer de manière plus forte encore qu’aujourd’hui nos recettes. Votre stratégie de rechange qui consiste à imposer des baisses continuelles de charges de fonctionnement atteint vite sa limite ! Elle se traduit par une baisse de la qualité du service public et par une pression inacceptable sur les agents (non remplacement ou remplacement tardif des départs ou des congés longue durée,…).

Et je dis cela avec d’autant plus de d’interrogation qu’un des leviers dont dispose l’Agglo à travers la refonte de la Dotation de Solidarité Communale-DSC- (dotation versée par l’Agglo aux communes, reconduite en l’état d’année en année…) et l’élaboration d’un pacte fiscal intercommunal sont au point mort. Ce pacte fiscal dont on parle chaque année, à l’occasion du débat budgétaire depuis 7 ans déjà est un vrai «serpent de mer»: invisible et insaisissable ! Or la véritable solidarité communautaire se trouve dans le pacte fiscal et non plus dans cette DSC qui a eu un intérêt historique mais qui aujourd’hui n’est plus durable.

Le «projet d’agglo», corollaire du «pacte fiscal», est lui aussi introuvable ! Et ne parlons pas non plus de la nécessaire mutualisation: absente des débats, nous devrions pourtant en connaître les contours mais je crains qu’elle ne se résume qu’ à une machine de guerre contre le personnel et à une dégradation des services rendus au public.

Après 2014, qui était un budget de transition, voila en 2015 un budget sans vision d’avenir ! Ce qui pose problème pour un territoire qui, à vous entendre, ambitionne de tirer la dynamique économique du département !

Share Button

EHPAD Saint JACQUES : le temps presse !

Nous faisons partie du « Collectif Citoyen du Grand Rodez », créé au cours de l’été 2014 et dont l’objectif est d’être un lieu de réflexion, d’échange, de communication sur toutes les questions liées à la vie du territoire, à la démocratie, à la citoyenneté et de porter dans le débat public, la parole et l’expérience des acteurs locaux.
Nous avons été informés par la presse des problèmes liés à la continuité de l’activité pour l’EPHAD Saint­Jacques. Comme tout citoyen de l’agglo et au­-delà, les difficultés mises à jour nous ont interpellés . Elles sont également devenues aujourd’hui de réelles sources d’incertitudes pour les résidents et leurs familles ainsi que pour le personnel.
L’EHPAD Saint­Jacques est un établissement public d’hébergement pour personnes âgées dépendantes de 80 places, habilité à l’aide sociale en totalité. Il est géré par l’hôpital.
Il y a quelques années, la Commission de Sécurité a accordé à l’hôpital une dérogation à la poursuite de l’activité en la conditionnant à la réalisation d’investissements dédiés à la mise aux normes de sécurité de l’établissement qui ont coûté 400 000€.
Dès 2009, conscients de cette situation, les membres du Conseil d’Administration du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), élus et représentants du monde associatif, ont réalisé un travail important aboutissant à plusieurs propositions de projets. Suite à cela, en 2013, le CCAS a confié à l’Office HLM, la mission d’effectuer une étude de faisabilité sur un terrain de la ZAC(zone d’activités concertées) de Combarel. Ce projet a été accepté et validé par le CA de l’OPH.
De la même façon, les autorités de tutelle et les partenaires impliqués dans ce projet se sont prononcés favorablement pour le maintien de cet EPHAD.
Actuellement, 7 communes de l’agglo ne disposent pas d’EHPAD. Or, depuis de nombreuses années, il y a des listes d’attente de plus d’une centaine de demandes actives sur le territoire.
Dans ce contexte, la pérennisation de cet établissement s’impose.
Partout ailleurs en France, les collectivités donnent un terrain pour l’euro symbolique afin de faciliter la construction d’un EHPAD public avec un prix de journée raisonnable. L’agglo pourrait céder un terrain à Combarel pour l’euro symbolique, tout comme elle a reçu gratuitement de la part de la Ville de Rodez le terrain pour y bâtir le Musée Soulages.
Le collectif citoyen du Grand Rodez s’inquiète des propos relayés par la presse au sujet de l’avenir et du devenir de cet EHPAD.
A ce jour, l’enquête de faisabilité sur le site de Combarel se termine. Si elle s’avère positive, nous attendrons de voir comment la municipalité ruthénoise et l’agglo se positionneront et nous serons vigilants quant aux décisions qui seront prises.
Il s’agit aujourd’hui, en période de précarité croissante, en particulier des personnes âgées, de maintenir sur Rodez une offre publique décente de maison de retraite, dans le respect de la dignité des personnes âgées et selon leurs moyens financiers.
Pour information, les EHPAD de la ville ont une gestion autonome et n’ont jamais reçu et ne reçoivent aucune subvention, ni de la commune, ni de la communauté d’agglomération. Le fonctionnement des EHPAD s ‘appuie sur les financements du Conseil Général, de l’ARS et des résidents pour la partie concernant les frais d’hébergement.
Alors que toutes les démarches sont engagées par les différents partenaires pour garantir le maintien des 80 places dans le secteur public, Il ne faudrait pas que l’attentisme politique laisse passer l’échéance de décembre de 2014, au risque de laisser la gestion des ces lits au secteur commercial et lucratif.
C’est pourquoi le « Collectif Citoyen du Grand Rodez » juge utile d’alerter les élus et les citoyens sur l’urgence d’une prise décision. Dans la logique de la démarche de notre collectif nous irons à la rencontre des citoyens directement concernés par les conséquences d’une éventuelle fermeture.

Share Button